Anis Rahmani, le controversé patron d’Ennahar TV, est à la tête d’une véritable machine de propagande, a-t-on appris au cours de nos investigations. L’homme ne s’est pas contenté de posséder une chaîne de télévision. Conscient que le pouvoir d’influence d’Ennahar TV est très limité en raison de son impopularité grandissante, Anis Rahmani a investi massivement ses dernières années le web pour se doter d’un grand nombre de médias électroniques et sociaux dans le but de distiller ses fake-news et attaques diffamatoires contre ses adversaires. 

En effet, nous avons découvert au cours de nos investigations que le sinistre Anis Rahmani est impliqué directement ou indirectement dans le financement ou la gestion d’une longue liste de médias électroniques ou communautés virtuelles sur Facebook réputés pour leur hostilité assumée envers les cibles sélectionnés par le patron d’Ennahar TV. Le média francophone ALG24 fut l’exemple parfait de cette stratégie de lobbying initiée il y a cela au moins trois ans par Anis Rahmani. Financé et rattaché au groupe Ennahar, ALG24 a disposé de tous les moyens nécessaires pour tenter de concurrencer les autres médias en ligne qui font peur à Anis Rahmani.

Algérie Confidentiel est l’autre média propagandiste soutenu financièrement et matériellement par le patron d’Ennahar TV. Ce média est très peu actif, mais il diffuse uniquement des contenus subversifs dirigés à l’encontre des personnes qui menacent les intérêts d’Anis Rahmani. A titre d’exemple, nous avons constaté au cours de nos investigations que pas moins de 1600 euros ont été dépensés en sponsoring sur Facebook pour booster une publication d’Algérie Confidentiel qui s’attaque sans aucune vergogne à Hichem Aboud, Abdou Semmar et Merouane Boudiab, le trio de feu d’Amel TV qui fait de l’ombre à Ennahar TV et lui pique de grosses parts d’audience. Comme par hasard, Algérie Confidentiel est soigneusement gérée de manière anonyme pour que la moindre trace ne puisse pas être retrouvée afin de ne pas établir un lien avec Anis Rahmani. Il faut être un expert de la cyber-sécurité pour détecter cette relation inavouée.

La liste des médias propagandistes appartenant directement ou indirectement à Anis Rahmani ne s’arrête pas-là. En langue arabe, nous avons identifié plusieurs médias comme Akhbar Dzaïr Bladi, Chams FM Radio, Dz Plus officiel, Awal Biawal, etc., derrière tous ces sites, nous retrouvons un ancien journaliste de la rédaction… d’Ennahar TV. En vérité, Anis Rahmani incite lui-même ses propres journalistes à lancer des médias électroniques pour concurrencer les autres acteurs de la toile qu’il ne maîtrise pas ou qu’il craint par-dessus tout. Le sulfureux patron de presse accorde à ses journalistes des financements et moyens matériels pour assurer la subsistance de ces médias qui relaient ses idées et fausses informations  dans le but de manipuler les Algériens.

Pis encore, Anis Rahmani s’est entouré d’une équipe de hackers et de lobbyistes sur le web pour s’approprier le nom d’Amir Dz, le célèbre cyber-activiste qui possédait une page Facebook riche de.. 2,5 millions de Fans ! Fermée par Facebook suite à une énorme campagne de signalements, le patron d’Ennahar TV a consenti à un énorme investissement pour « cloner » cette page et lancer une page Facebook intitulée Amir.dz et qui possède aujourd’hui plus d’un.. 1 million de fans ! Naturellement, Amir Dz n’a aucune relation avec « cette page clone » gérée par toute une équipe d’administrateurs dans le but de mener une véritable guerre de désinformation contre les opposants qui dérangent ou les journalistes indépendants comme l’équipe d’Algérie Part.

Des milliers d’euros  sont dépensés régulièrement par le richissime Anis Rahmani pour prendre le contrôle du web algérien. Force est enfin de constater que ce plan machiavélique est en train d’échouer magistralement car les internautes algériens sont avertis et ne tombent pas facilement dans le piège de la manipulation. Anis Rahmani ne pourra pas se racheter « une nouvelle virginité »…

LAISSER UN COMMENTAIRE