Une véritable guerre froide oppose en ce moment le candidat Ali Ghediri, général à la retraite, à Abderrazak Makri, le leader du parti islamiste MSP. Les tensions entre les deux hommes ont atteint leur summum ce mardi où le coordinateur de campagne d’Ali Ghediri, Mokrane Aït Larbi, a annoncé officiellement que le général à la retraite qui défie le « système » ne va pas participer au sommet de l’opposition prévu demain mercredi. 

Selon nos sources, Ali Ghediri soupçonne l’islamiste Abderrazak Makri de préparer des manœuvres secrètes pour torpiller ce sommet dont le but est de trouver un consensus général autour d’une candidature unique de l’opposition contre le 5e mandat d’Abdelaziz Bouteflika. Ali Ghediri croit savoir que Makri veut seulement semer la zizanie et empêcher les autres opposants de rallier la cause du général à la retraite déterminé à défier le régime de Bouteflika.

Comme il a été révélé dans une précédente publication par Algérie Part, lors de ce sommet initié par Abdallah Djaballah, président du parti El Adala, il était prévu de convaincre plusieurs personnalités nationales et partis politiques réputés pour leur opposition à Abdelaziz Bouteflika de s’unir derrière le candidature d’Ali Ghediri dans l’optique de constituer un barrage contre le 5e mandat.

Pour atteindre cet objectif, Djaballah a entamé des négociations avec Ali Benflis et plusieurs partis présidents de partis ou personnalités politiques comme Tahar Benbaibèche, Noureddine Bahbouh, Karim Tabou, Mohamed Saïd, Abdelaziz Rahabi, Saâd Bouakba, Abdelaziz Ghermoul, Abdelkader Bengrina (ou un autre représentant d’El Bina), Ahmed Benbitour et Mohamed Abbas. Cependant, Makri a refusé de s’aligner sur ces négociations et estime qu’il n’a pas besoin du soutien de Ghediri pour s’opposer au « régime » et à la reconduction de « Bouteflika ».

Dans ce contexte, Ali Ghediri  a décidé de se démarquer de cette réunion pour mettre toute l’opposition algérienne devant le fait accompli : je suis candidat et je fonce. A vous de me suivre ! Par ailleurs, nous avons appris enfin que le candidat Ali Ghediri a recueilli les signatures nécessaires pour son dossier de candidature qu’il doit déposer  au niveau du Conseil Constitutionnel d’ici le 03 mars prochain. Selon nos sources, les équipes d’Ali candidature ont pu récolter et légaliser pas moins de 85 mille signatures.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE