Ça bouge au sein de la direction générale de la sûreté nationale (DGSN). Le nouveau patron, Abdelkader Kara Bouhadba, est en train de mettre en place tout un nouveau dispositif sécuritaire pour se préparer à « gérer » les éventuelles manifestations populaires contre le 5e mandat d’Abdelaziz Bouteflika, a-t-on appris de sources sûres. 

A la suite de la première réunion organisée samedi dernier, une deuxième réunion sera organisée demain au siège de la DGSN avec les chefs de sûreté des wilayas les plus stratégiques et peuplées du pays à l’instar d’Alger, Constantine, Sétif, Oran, Annaba ou Tipaza. Selon nos sources, de nouvelles instructions vont être données par le nouveau DGSN à ses chefs de sûreté qui ont été appelés à redoubler de vigilance pour faire face aux manifestations qui seront enclenchées dans la rue. Ces chefs de sûreté devront, à partir de demain, adresser deux bulletins d’information détaillés à la direction générale de la DGSN. Un premier bulletin en fin de matinée et un deuxième bulletin en fin de soirée.

Toutes les informations concernant les opérations menées sur le terrain et les investigations entamées pour identifier les « noyaux » qui préparent les rassemblements politiques devront être communiquées dans ces bulletins. Par ailleurs,  Abdelkader Kara Bouhadba a demandé également à ses chefs de sûreté de wilayas de multiplier les sorties sur le terrain et d’instruire les commissaires de leurs zones d’activité de renouer, ou de renforcer, le travail de proximité au niveau des quartiers et des communes. « Les policiers ont pour mission aujourd’hui de regagner la confiance des citoyens et de répondre à leurs doléances pour propager la sérénité », assurent nos sources au sein de la DGSN.

La DGSN va, par ailleurs, lancer un compte Twitter pour communiquer officiellement avec les Algériens et leur expliquer tous les tenants et aboutissants des démarches entreprises au quotidien pour veiller sur l’ordre public. Ces nouvelles orientations, indiquent enfin nos sources, visent à calmer « la colère du front social en prévision des prochaines élections présidentielles ». Le nouveau DGSN veut à tout prix limiter les dégâts et éviter les dérapages dangereux pour « interagir » une rue qui bouillonne depuis l’annonce officielle de la candidature d’Abdelaziz Bouteflika à un 5e mandat. Une mission très délicate attend donc le nouveau DGSN « qui travaille près de 18 heures par jour pour étudier tous les défis auxquels seront confrontés dorénavant la police », concluent nos sources.

LAISSER UN COMMENTAIRE