Le talentueux diplomate Ramdane Lamamra était parti pour ne plus revenir. C’est du moins ce que pensaient les milieux les plus informés à Alger. Mais aujourd’hui, le diplomate chevronné, et tant apprécié en Algérie, comme à l’étranger est de retour. Mais pourquoi maintenant ? 

Lamamra travaille pour l’ONU et  pour le centre d’analyses International Crisis Group (ICG). Ramtane Lamamra n’est revenu uniquement pour ses compétences incontestables en relations extérieures. Lors d’ une interview publiée dans les colonnes du journal arabophone El Hiwar en 2016, le chef de la diplomatie de l’époque a déclaré que Macron est un ami de l’Algérie. Pour un cinquième mandat, le clan présidentiel avait besoin de renforcé son staff avec des noms qui ont des relations de confiance avec les chancelleries occidentales. Lamamra a été chargée ainsi de rassurer les partenaires étrangers de l’Algérie et de leur expliquer la feuille de route que veut engager la Présidence de la République au cours de ce scrutin présidentiel, une échéance politique très sensible.

Selon nos sources, Ramtane Lamamra a accepté cette mission parce qu’il est conscient des dangers qui pèsent sur l’Algérie en 2019. Les incohérences internes et le déficit de compétences de l’actuelle équipe dirigeante ne permettront pas à l’Algérie d’entamer une nouvelle ère de transition pour mettre à l’abri l’Algérie contre les dangers d’une descende en enfer. Pour ce faire, « Ramamra veut participer à l’édifice du changement en apportant sa contribution », assurent nos sources selon lesquelles Lamamra a rencontré à deux reprises Saïd Bouteflika, le conseiller et frère du Président Abdelaziz Bouteflika.

Les deux hommes se sont parlés en toute sincérité et Lamamra a proposé sa vision des changements qu’il faut insuffler aux institutions de l’Etat pour mener le pays vers le changement positif suivant un processus pacifique. La mission de Lamamra va commencer ainsi dans les prochains jours. En tant que conseiller diplomatique de Bouteflika, il sera chargée de diriger la campagne électorale à l’étranger et dans les coulisses des salons feutrés de la diplomatie internationale.

A ce propos, il faut noter que Lamamra devra rencontrer bientôt à Alger des diplomates français et américains pour leur expliquer les dernières évolutions de la situation politique de notre pays. Par la suite, a-t-on encore appris auprès de nos sources, il s’envolera vers Paris pour sa première mission à l’étranger où il rencontrera des diplomates occidentaux ainsi que des acteurs de la communauté algérienne. Un deuxième voyage en Amérique du Nord est en cours de préparation, soulignent nos sources. Lamamra va donc beaucoup de travailler dans les jours et semaines à venir. Et après le 18 avril prochain, Ramtane Lamamra sera grandement aux consultations qui seront entamées pour mettre en place des réformes politiques, économiques et sociales. Plus tard, à la suite du changement constitutionnel annoncé par Bouteflika, Ramtane Lamamra pourrait se retrouver Vice-Président si son travail et sa personnalité suscitent le consensus nécessaire au plus haut sommet du pouvoir algérien.

LAISSER UN COMMENTAIRE