Le 14 février 2019, l’opérateur de téléphonie mobile Ooredoo a publié le bilan financier de l’année 2018, avant de transmettre un communiqué de presse à l’ensemble des médias par le biais du service des relations publiques chapeauté par Mr Ramdane Djazaïri.
Le communiqué de presse d’Ooredoo Algérie informe l’opinion publique algérienne que l’opérateur de téléphonie mobile ‘’poursuit sa stratégie d’innovation et confirme son leadership dans le segment du digital’’ et confirme sa dynamique commerciale et son leadership dans le segment du digital et de l’Internet mobile haut débit.
Si durant l’année 2018, l’opérateur Ooredoo a continué à étendre et renforcer son réseau de couverture 4G sur les 48 wilayas en 4G et a enregistré 88,3 milliards de dinars algériens de revenus, pour un résultat avant intérêts, impôts, dotations aux amortissements et provisions sur immobilisations (EBITDA) qui reste légèrement inférieur à 33 milliards de dinars algériens en 2018, il y a toutefois lieu de comparer ces chiffres par rapport à ceux de la même période de l’année précédente.
Or, visiblement, ni Ramdane Djazairi ni même le Directeur Général (DG) d’Ooredoo Mr Abdullatif Hamad Dafallah n’ont voulu se plier à cette pratique courante nécessaire pour mesurer le dynamisme de l’opérateur qui les emplois.
Quand par le biais du service des relations publique et des médias, Ooredoo informe que le nombre de clients a dépassé les 13,8 millions d’abonnés à la fin du mois de décembre 2018, ces chiffres seraient plus parlants si l’honnêteté intellectuelle avait poussé les dirigeants d’Ooredoo à déclarer que ce chiffre était en déclin de 3% par rapport à l’année 2017. Ce sont en fait autour de 400.000 abonnés que cet opérateur de téléphonie mobile a tout de même perdus !
Si l’ensemble des opérateurs de téléphonie mobile dans le monde ont tendance à communiquer sur un trafic de données en pleine croissance c’est surtout parce que les usagers de téléphonie mobile consomment de plus en plus de data pour les réseaux sociaux, le streaming et les téléchargements vidéo par exemple.
Communiquer sur l’évolution positive de l’utilisation des smartphones et s’approprier la croissante demande de bande passante par les usagers de la 3G et 4G aurait été à féliciter si Ooredoo Algérie avait réellement créé du contenu menant à 117% de croissance du trafic de données par rapport à l’année précédente.
Là encore, les effets d’annonces pompeux du message de l’opérateur Ooredoo sentent la manipulation médiatique et un manquement au droit à l’information.
Car si les revenus d’Ooredoo ont bien atteint les 88,3 Milliards de Dinars algériens comme indiqué dans le communiqué de presse de l’opérateur de téléphonie mobile, il y a lieu d’informer les lecteurs que ce chiffre est en déclin de plus de 25 % par rapport aux revenus de 2017 alors que la marge brute a subi une baisse annuelle de plus de 40 % !
Visiblement, au lieu de communiquer sur ses résultats en étant animé par une loyauté indispensable envers ses clients et l’opinion publique, il semble que les responsables d’Ooredoo aient plutôt osé aller jusqu’à duper les algériens en leur donnant une lecture tendancieuse des résultats financiers de cet opérateur sans qu’aucun média n’ait voulu ou pu protéger son lectorat contre ces demis-vérités.
L’opérateur Ooredoo a toujours du mal à se redresser suite à la mauvaises gestion et l’instabilité managériale qu’il traverse depuis plusieurs années. Le nouveau DG peine, selon nos sources, à trouver du sang neuf et les compétences nécessaires pour atteindre des objectifs ambitieux. Ses inquiétudes semblent être confirmés dans le fond et la forme même de ce communiqué de presse.

LAISSER UN COMMENTAIRE