Les étudiants de la faculté de médecine de Ben Aknoun se sont mobilisés tôt dans la matinée du jeudi pour marcher vers l’office national des œuvres universitaires (ONOU) afin de revendiquer le limogeage du directeur de la résidence universitaire Taleb Abderrahmane 2 dans laquelle s’est déroulé récemment un crime horrible et abject. 

Loin de la manipulation des organisations estudiantines, plusieurs centaines d’étudiants s’apprêtaient à marcher depuis la faculté de médecine via  l’office national des œuvres universitaires avant que leur tentative ne soit avortée à la suite de l’intervention des services de l’ordre public.

Ayant voulu interpeller les responsables des œuvres universitaires à propos de l’insécurité qui règne au sein des résidences universitaires, les étudiants ont notamment condamné les déclarations médiatiques du directeur de la résidence universitaire Taleb Abderrahmane 2,  qui selon les contestataires, ne sont qu’une manœuvre de fuir ses responsabilité.

Les étudiants ont dénoncé également l’attitude des organisations estudiantines envers cette médiocrité et  les manifestants ont affirmé que le directeur de la résidence universitaire Taleb Abderrahmane 2 de Ben Aknoun est un « pion » de l’union nationale des étudiants Algériens « UNEA » en sa qualité d’un ex-affilié à ce mouvement syndical estudiantin grâce auquel il exploite des « relations »  pour monter les échelons au sein de l’ONOU.

Les étudiants de la faculté de médecine envisagent, enfin, de maintenir la tension jusqu’au limogeage du responsable dénoncé. Les étudiants en colère n’ont pas manqué de s’en prendre également à la directrice de l’ONOU d’Alger-centre accusée de plusieurs négligences ayant aggravé le climat d’insécurité dans les résidences universitaires.

LAISSER UN COMMENTAIRE