Le nouveau Directeur général de la Sûreté nationale (DGSN), Abdelkader Kara Bouhadba, se réunira demain samedi à Alger avec ses cadres et les hauts responsables de la Police pour étudier l’attitude qu’il faut adopter face aux appels à manifester contre le 5e mandat brigué par Abdelaziz Bouteflika, a-t-on appris de sources sûres. 

Selon nos sources, le nouveau patron de la police nationale va donner des instructions très fermes aux différents chefs de Sûreté de wilayas pour se prémunir contre les « dérapages » lors de la gestion de ces rassemblements qui risquent d’avoir lieu dans plusieurs régions à travers le pays. Abdelkader Kara Bouhadba a été instruit par la Présidence de la République pour préparer un plan de contrôle qui doit éviter à la population toute forme de répression qui pourrait provoquer la colère la de rue ou l’indignation des médias, certifient nos sources.

Dans ce sens, le nouveau patron de la DGSN va communiquer plusieurs instructions à ses « troupes ». Il s’agit notamment de l’interdiction formelle de recourir à la moindre brutalité lorsqu’il faudra quadriller ou contrôler les manifestants qui sortiront dans les rues pour dire non au 5e mandat. Les policiers n’ont pas le droit à l’erreur et ils doivent éviter tout « traitement musclé » ou « matraquage violent » des manifestants qui veulent exprimer pacifiquement leurs opinions dans des rassemblements. En revanche, les forces de la DGSN seront déployées pour répondre sans aucun ménagement aux « fauteurs de troubles » qui veulent endommager des équipements publics ou « appeler à la violence », assurent également nos sources.

Homme de terrain et parfait connaisseur des rouages de la police, Abdelkader Kara Bouhadba a été justement désigné, dans ce contexte politique controversé, pour « gérer la rue » sans provocations ou répression violente qui peut enflammer le front social et mener l’Algérie vers l’embrasement. Nos sources indiquent que le Palais d’El-Mouradia veut à tout prix éviter ce scénario dangereux pour l’avenir du pays.

Il est à souligner enfin que plusieurs appels à manifester contre le 5e mandat ont été diffusés massivement sur les réseaux sociaux. Les premiers appels ont fixé pour date le 22 février prochain et d’autres appels parlent de plusieurs rassemblements qui seront tenus le 24 février prochain. Des personnalités politiques, des artistes, journalistes et activistes ont annoncé d’ores et déjà leur participation à ces rassemblements.

LAISSER UN COMMENTAIRE