Le 5e mandat d’Abdelaziz Bouteflika risque d’apporter plusieurs nouveaux changements en Algérie. C’est du moins ce que laisse préfigurer le limogeage surprenant de l’ancien vieux patron de la DGSN, Mustapha Lahbiri. Abdou Semmar va analyser ce qui pourrait être la future carte politique de l’Algérie après le 18 avril à la lumière des nouvelles données que le 5e mandat pourrait apporter à la scène politique. Dans l’émission spéciale dédiée aux élections présidentielles du 18 avril prochain, Abdou Semmar, Hichem Aboud et Merouane Boudiab ont beaucoup abordé le retour de Ramtane Lamamra, le maestro de la diplomatie algérienne, dans l’équipe de campagne du 5e mandat. En réalité, ce retour engage de enjeux nettement plus grands que ceux du scrutin présidentiel du 18 avril prochain : Lamamra jouera un rôle important dans un processus de transition qui est en train, ou doit, se mettre doucement en place en Algérie, souligne enfin Abdou Semmar. Débat et analyse à suivre sur : 

LAISSER UN COMMENTAIRE