Le groupe parlementaire Algérie-Etats Unis d’Amérique a été installé, mardi, à l’Assemblée populaire nationale (APN) par le président de la Commission des affaires extérieures et de la Communauté à l’étranger, Abdelhamid Si Afif, en présence de l’ambassadeur américain à Alger, John Desrocher. A cette occasion, ce dernier a prononcé un discours important pour retracer l’importance des relations algéro-américaines. Un discours qui intervient à la veille de l’organisation d’un stratégique scrutin présidentiel. Nous vous proposons à nos lecteurs et lectrices de prendre lire ce discours dans son intégralité :

« Je vous remercie pour cette occasion de m’adresser au groupe parlementaire d’amitié Algérie-Etats-Unis.  Depuis mon arrivée en Algérie, je ne fais qu’œuvrer pour approfondir l’amitié, le respect, et la coopération entre nos deux pays et continuer le travail de mes prédécesseurs et refléter la forte volonté de mon pays de promouvoir notre relation exceptionnelle.

Les défis communs auxquels nous faisons face sont multiples.  Mais nos intérêts communs sont aussi multiples et concernent des domaines aussi divers que la politique, la sécurité sur les scènes régionale et internationale, la science et la technologie, l’entraide judiciaire, l’investissement et l’économie, ainsi que les domaines socio-économique et culturel – ce qui permet de bénéficier mutuellement des expériences et rend nos deux pays plus forts, plus sûrs et plus prospères.

Grâce aux efforts de tous, la relation entre les États-Unis et l’Algérie est plus forte que jamais – comme le démontre la récente session du dialogue stratégique bilatéral qui s’est déroulée à Washington.  Devant le partenariat étroit et productif entre l’Algérie et les Etats-Unis, nos deux gouvernements se sont engagés à consolider et renforcer davantage la coopération bilatérale dans divers domaines.

Je suis fier du partenariat que nous avons construit avec l’Algérie, pays avec lequel nous avons une relation forte de longue date, à commencer par le fait que l’Algérie était l’un des premiers pays à reconnaître l’indépendance des Etats-Unis après sa guerre d’indépendance et avec notre traité d’Amitié et de Paix signé en 1795 qui stipule notamment que nos « deux nations se traiteraient avec civilité, honneur et respect ».

Je me félicite de l’installation du groupe parlementaire d’amitié Algérie-Etats-Unis qui apporte une nouvelle dimension à notre coopération, élargit et diversifie les instances de dialogue, et ouvre de nouvelles perspectives d’échanges, et ne peut que renforcer les liens historiques qui unissent nos deux peuples et pays.

Pour terminer, j’aimerais porter un toast.  Le même toast qu’a porté Ahmed Ben Bella à John Kennedy à la Maison Blanche lors du tout premier entretien historique entre nos deux nations indépendantes le 15 octobre 1962: « Que les expériences de nos deux pays contribuent à la promotion de la grande cause universelle de l’humanité – la compréhension mutuelle, la paix, le bien-être, et une vraie fraternité. »

Merci beaucoup ».

Par John P. Deroscher, ambassadeur des Etats-Unis à Alger 

LAISSER UN COMMENTAIRE