Après plusieurs polémiques et une inquiétante division qui minait les différents services de la police algérienne, la Présidence de la République a pris la décision de reprendre les choses en main en procédant au limogeage du vieux colonel Lakhdar Lahbiri pour nommer à sa place Abdelkader Kara Bouhadba. Ce dernier est donc le nouveau Directeur général de la sûreté nationale (DGSN). 

Selon nos sources, ce limogeage s’explique par la colère de la Présidence qui n’en pouvait plus de supporter les erreurs et indélicatesses de Lakhdar Lahbiri. Ce dernier a démontré son incompétence pour pouvoir gérer un corps aussi névralgique que la DGSN.

Pour rappel, plusieurs décisions de Lakhdar Lahbiri ont été contestées, voire bloquées par le ministère de l’Intérieur et la Présidence de la République. Depuis le mois de septembre dernier, une guerre froide non-assumée opposait Lahbiri au ministre de l’Intérieur Nourredine Bedoui. Ce dernier avait intervenu personnellement pour annuler le limogeage de  Hamid Goucem, directeur de la police de l’air et des frontières (PAF). 

Le ministre de l’Intérieur n’appréciait pas du tout « l’individualisme » du patron de la DGSN nommé durant l’été 2018, après le limogeage du général Abdelghani Hamel, quelques jours après la saisie de 701 Kg de cocaïnes au port d’Oran. Selon nos investigations, Nourredine Bedoui a adressé plusieurs rapports accablants au Palais d’El-Mouradia contre Lakhdar Lahbiri en l’accusant de faire toujours cavalier seul sans procéder à la consultation avant la prise de cette décision stratégique qui concerne un corps sécuritaire aussi sensible que celui de la DGSN.

Par ailleurs, Mustapha Lahbiri a été désavoué depuis la fin de l’année 2018 lorsque les changements qu’ils voulaient opérer dans les rangs de la DGSN ont été désapprouvées par la Présidence de la République.

Pour rappel, Algérie Part avait révélé au mois de juin 2018 que Abdelkader Kara Bouhadba était pressenti pour devenir le véritable patron de Police algérienne. Il s’agit d’une personnalité très connue au sein de la police algérienne. C’est  un commissaire divisionnaire qui avait occupé le poste de directeur de l’enseignement et des écoles à la DGSN.

Il était aussi à la tête de la police des frontières. En septembre 2012, il devient le directeur de la Police judiciaire au sein de la direction générale de la sûreté nationale (DGSN). Dans ce poste, il fera beaucoup parler de lui comme lorsqu’il confirme en septembre 2013  l’enregistrement du mandat d’arrêt lancé contre Chakib Khelil.

Algérie Part avait révélé à l’époque que l’intronisation à la tête de la DGSN d’Abdelkader Kara Bouhadba était une simple question temps car Mustapha El Hbiri ne saura pouvoir assurer pendant longtemps cette nouvelle fonction ô combien délicate en Algérie. Cette nouvelle nomination démontre la reprise en main des institutions les plus importantes du pays par la Présidence de la République. Algérie Part reviendra bientôt sur ce sujet avec de nouvelles révélations…

LAISSER UN COMMENTAIRE