Officiellement déclaré candidat, le président Abdelaziz Bouteflika a laissé entendre que son 5e mandat sera marqué par deux point importants des la première année de son nouveau mandat à savoir une conférence inclusive qui aura pour but d’introduire des réformes politiques, économiques et sociales ainsi qu’un nouveau changement de la Constitution. Ces premières déclarations confirment donc les informations révélées samedi en exclusivité par Algérie Part.

Si pour les changements politiques attendus, on peut prévoir un enrichissement de la constitution, à savoir la création d’un poste de vice-président, les réformes économiques et sociales sont plus difficiles à deviner car l’Algérie connaît depuis la chute du prix de baril du pétrole, des difficultés économiques. Des problèmes socio-économiques qui s’accumulent et menacent dangereusement l’avenir du pays.

L’Algérie pourra-t-elle donc se permettre des réformes importantes dans ce contexte ? Sur le plan social, la situation est également très critique et un changement brutal pourra déclencher des contestations ingérables. Pour le moment, les deux points cités dans la première déclaration d’Abdelaziz Bouteflika diffusée par l’APS ne sont pas encore détaillés mais le Président sortant ne veut pas se limiter à la « continuité » comme le répètent sans cesse ses soutiens puisqu’il envisage bien de faire bouger les lignes, voire procéder à un changement radical pour réussir peut-être son dernier mandat à la tête de l’Etat.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE