L’annonce de la candidature d’Abdelaziz Bouteflika pour un 5e mandat successif sera résumée dans une lettre adressée aux Algériens. Selon les investigations d’Algérie Part, cette lettre est d’ores et déjà rédigée et elle sera lue au nom d’Abdelaziz Bouteflika par l’un de ses conseillers. Selon nos informations, c’est le secrétaire général à la Présidence de la République, Habba El-Okbi, qui est pressenti pour lire dans les jours à venir cette lettre adressée aux Algériens. 

Le discours de candidature d’Abdelaziz Bouteflika pour un 5e mandat successif pourrait être prononcé dans un meeting organisé et animé par l’Alliance Présidentielle. La date exacte de la publication de cette lettre présidentielle n’a pas été encore fixée. Cependant, d’après nos sources, elle devra intervenir d’ici le 23 ou 24 février prochain. D’autres sources assurent que l’annonce de candidature du Président sortant pourrait se faire bien avant, à savoir au cours de la semaine prochaine.

Mais que va dire exactement Bouteflika dans sa lettre ? Selon les informations recueillies suite à nos investigations, le Chef de l’Etat va faire de nombreuses promesses à ses compatriotes. Il s’engagera, ainsi, à mettre très rapidement en place une nouvelle commission pour adopter des réformes politiques et administratives dont le but est de renforcer la démocratisation du pays. Le Président sortant veut amender plusieurs lois et apporter des changements dans plusieurs secteurs notamment la Justice, l’administration territoriale et l’emploi.

Abdelaziz Bouteflika affirmera, par ailleurs, dans sa lettre que le 5e mandat sera son dernier mandat à la tête de l’Etat algérien, certifient nos sources. Et c’est pour cette raison qu’il veut prendre toutes les précautions nécessaires pour assurer à l’Algérie une « transition pacifique et douce » vers un meilleur avenir pour les futures générations, croient savoir nos sources. Dans cette lettre tant attendue qui va lever une grande partie du flou qui entoure la situation politique du pays, Abdelaziz Bouteflika veut expliquer aux Algériens qu’il veut terminer « sa mission en beauté » en laissant derrière lui un pays « stable, sûr et capable de relever les défis du futur ».

Il s’agit donc d’une lettre qui se veut être rassurante, apaisante et pleine de promesses démocratiques pour le futur proche du pays. Reste à savoir enfin les réactions des Algériens qui devront voter le 18 avril prochain pour faire entendre leurs voix.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE