Dans le cadre des ¼ finales Match-aller de la coupe Zayed des clubs champions arabes, le Mc Alger s’est neutralisé  jeudi soir au stade du 5 juillet face au club Soudanais d’Al-Merreikh sur le score vierge 0-0.

Dans un stade à moitié vide en signe de protestation des chnaoua contre l’administration du club, les joueurs du doyen ont fait leur apparition sous les huées des supporters en conséquence à la contre-performance enregistrée dans la Coupe d’Algérie devant le NAHD.

En optant pour la 4.5.1 avec un joueur seulement en pointe, le coach indésirable aux yeux des fans, avaient visiblement oublié qu’il devrait se mettre à l’abri avant le match retour prévu le 16 février au stade d’Oum Dourman dans lequel, les soudanais sont surtout réputés par un jeu offensif.

D’ailleurs, il a fallu attendre jusqu’à la 30’ pour voir la première et la dernière occasion des vert et rouge en cette première période, par l’intermédiaire de l’attaquant Souibaah qui a vu sa frappe survolée la cage d’ Abou-Achrine, après une passe en retrait de son coéquipier Benaldjia. Sur ce score vierge de (0-0) l’arbitre Tunisien a renvoyé les vingt-deux acteurs aux vestiaires après une première mi-temps ennuyeuse et très décevante.

La deuxième période était mieux animée, puisque plus audacieux, le compartiment du milieu mouloudéen, s’est avancé d’un cran au camp de vis-à-vis, soldé d’un pénalty à la 56’ à la suite d’une obstruction commise sur le joueur Bendebka a l’intérieur de la surface des réparations qui lui a infligé au passage la perte de conscience a l’issue d’un sévère télescopage avec le défenseur adverse, fort heureusement, plus de peur que de mal, pour ce dernier, qui est revenu sur le terrain deux minute plus tard.

Hélas, le malaise de l’ex husseindéen fut mal récompensé par son coéquipier Bourdim qui a transformé cette balle de but à une simple remise de jeu en mettant son tir complètement à côté du rectangle.

L’entrée en lice d’Amada à la 64’ après deux mois d’absences, n’a pas vraiment changée les choses a l’exception de quelques actions assez timides, et ce, jusqu’au coup de sifflet final. Hyper tendu, après ce semi-échec, le peuple vert a exigé le départ immédiat de l’administration actuelle et de son staff technique.

    

Par A. Belkheir 

LAISSER UN COMMENTAIRE