L’affaire des 5 généraux-majors qui ont été enfermés à la prison militaire de Blida à la mi-octobre vient de connaître, dans une totale discrétion, un rebondissement majeur. Le tribunal militaire de Blida vient de convoquer les enfants de tous les anciens chefs des régions militaires ainsi que le général-major Menad Nouba, l’ancien patron de la gendarmerie nationale, a-t-on appris de plusieurs sources sûres. 

Ainsi, le procureur du tribunal militaire de Blida a convoqué officiellement les 4 enfants du général-major Saïd Bey, les 5 enfants du général-major Cherif Abderrazak, les 4 enfants du général-major Habib Chentouf, les trois enfants de l’ancien directeur des finances du ministère de la Défense nationale, Boudjema Boudouaouer ainsi que les 3 enfants de l’ancien chef de la Gendarmerie nationale, le général-major Menad Nouba. Selon nos sources, le procureur du tribunal militaire de Blida va auditionner à partir de lundi 4 février prochain  les enfants, filles et garçons, de ces anciens puissants généraux en tant que témoins dans le cadre des poursuites judiciaires enclenchées à l’encontre de leurs parents pour « enrichissements illicites ».

Ces convocations relancent ainsi cette troublante affaire des généraux-majors. Une affaire sur laquelle peu d’éléments filtrent. Un dossier qui fait l’objet d’une opacité intrigante puisque l’Etat algérien ne veut absolument rien communiquer sur ce sujet.

Pour rappel, suite à “une décision du président de la République”, l’ordre a été donné  de remettre en liberté provisoire le 5 novembre 2018 les 5 généraux-majors et l’officier incarcérés le 14 octobre 2018 à la prison militaire de Blida.

L’ancien chef de la Gendarmerie nationale, le général-major Menad Nouba, l’ancien chef de la 1re Région militaire, le général-major Habib Chentouf, son homologue de la 2e Région, Saïd Bey, celui de la 3e région, Abderrazak Chérif, l’ancien directeur des finances du ministère de la Défense nationale, Boudjema Boudouaouer, ainsi que le responsable des renseignements du secteur opérationnel d’Oran ont été incarcérés le 14 octobre dernier après une audition qui avait duré presque toute la journée. Le juge d’instruction du tribunal militaire de Blida avait retenu des chefs d’inculpation de “corruption”, de possession de “biens mal acquis”, d’“abus d’enrichissement illicite”.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE