« Où va l’Algérie ? », tel est le titre du nouveau livre du journaliste et écrivain algérien exilé en France Mohamed Sifaoui. Cet ouvrage édité chez Cerf, une maison d’édition basée à Paris, se présente comme une étude sur la nature du pouvoir algérien et la présidence d’Abdelaziz Bouteflika, les affaires de corruption et la gabegie. Mais en réalité, ce livre contient des révélations explosives qui ne manqueront pas d’alimenter une énorme polémique en Algérie. 

Des révélations qui risquent également de perturber le déroulement de la campagne électorale, a constaté Algérie Part après avoir consulté des éléments qui résument le contenu de ce livre dont la parution est prévue au cours du mois de février prochain. D’après ces éléments recueillis au cours de nos recherches, Mohamed Sifaoui dévoilera dans l’un de ses chapitres l’incroyable opération montée par Ahmed Gaïd Salah, le chef d’Etat-Major de l’ANP, et Abderrazak Makri, le chef du MSP, le parti islamiste le plus influent en Algérie.

Le journaliste et écrivain Mohamed Sifaoui raconte ainsi dans son livre que le Chef d’Etat-Major de l’ANP manœuvrait pour devenir le futur Président de l’Algérie en 2019 ! « Je peux être aussi le Sissi de l’Algérie », aurait dit le général de corps d’armée Ahmed Gaïd Salah à son entourage proche, certifie Mohamed Sifaoui qui s’est appuyé sur « une source sécuritaire encore en fonction à Alger » pour rédiger « Où va l’Algérie ? »

Et pour faire aboutir le plan qu’il avait échafaudé, Ahmed Gaïd Salah a noué une alliance secrète avec Abderrazak Makri, le leader du MSP, à qui il a promis le poste de Premier-ministre pour diriger un gouvernement essentiellement composé par des ministres issus du MSP et des cercles qui sont considérés comme ses alliés. L’opération a été lancée, mais elle fut rapidement court-circuitée lorsque le général Tartag, le coordinateur des services de renseignement, révélera les dessous de ce plan censé être secret au frère et conseiller du Président Saïd Bouteflika.

Ce dernier prend en toute urgence l’initiative de contacter Makri pour l’inviter à plusieurs rencontres au cours desquelles le frère du Président de la République a réussi à convaincre le chef du MSP de s’éloigner du clan d’Ahmed Gaïd Salah. Ce dernier perd, dés lors, son allié politique et échoue à concrétiser son plan faute de puissants relais au sein de la scène politique. L’Algérie n’aura donc pas son « Sissi » et Ahmed Gaïd Salah devra se contenter de son poste  de vice-ministre de la Défense Nationale. Pour sa part, Abderrazak Makri, continue ses pourparlers avec les décideurs du clan présidentiel dans le but de s’imposer comme une force politique majeure en 2019.

Algérie Part publiera prochainement d’autres révélations contenues dans le livre de Mohamed Sifaoui. A suivre…

LAISSER UN COMMENTAIRE