Qui ne se souviendrait pas de ce  fameux match opposant la JS Kabylie au Mouloudia d’Alger à l’ occasion des ½ finales de la coupe d’Algérie de la saison écoulée au stade de Chahid Hamlaoui à Constantine. Une rencontre qui n’était pas censée avoir eu lieu en raison du deuil national suite au crash d’Avion militaire à Boufarik.

Causant plusieurs blessés dont Morts d’Hommes suite aux graves débordements des supporters avant, pendant et après la rencontre, en conséquence aux désaccords entre présidents de club, notamment ceux qui n’ont pas animé ces ½ finales de la 54e édition de la coupe d’Algérie saison 2018, donnant suite à des images choquantes qui ont fait le tour du monde. A présent, Les familles des victimes attendent avec impatience les résultats d’enquêtes de la fameuse commission dépêchée sur le champ par le ministère de l’intérieur pour déterminer les circonstances de ce qu’il s’est réellement produit, et mettre les vrais coupables qui ont incité à cette violence, là où ils doivent être. Mais malheureusement, ce n’est pas le même avis de certains influents au sein de notre football national car et contre toute attente, une initiative de réconciliation a été dédiée aux présumés accusés, et ce, en présence de plusieurs célébrité politiques et sportives devancés par le ministre de la jeunesse et du sport, en marge de la cérémonie du ballon d’or, faisant d’eux un modèle de fair-play, au même moment que les familles des victimes dont les quelques blessés qui suivent a ce jour, des traitements médicaux, s’impatientent désespérément pour que la justice soit enfin faite.

Serait-t-il vraiment nécessaire, de mettre ces incidents aux oubliettes en attendant que d’autres se produisent ? C’est ainsi que la politique de tout va bien, impose une fois de plus, son chef-d’œuvre. Mais le grand paradoxe,  c’est quand  ces mêmes initiateurs de cette réconciliation apparaissent aux plateaux télé pour solliciter des décisions radicales contre la violence dans nos stades.

https://www.youtube.com/watch?v=PS40XN-p9kM

 

Par Anes N. 

LAISSER UN COMMENTAIRE