Ibrahim ag Alhabib, le leader charismatique du groupe mythique Tinariwen, a fait savoir hier dimanche à Alger qu’il tient énormément à l’organisation d’une tournée musicale dans les plus grandes villes algériennes. « Je ne me sens pas étranger en Algérie. Je veux chanter devant mon peuple à Tamanrasset », a-t-il clairement affirmé lors d’une rencontre organisée à Alger avec Lakhdar Bentorki, le directeur de l’Office national de la culture et de l’information (ONCI). 

Concernant l’annulation de précédente tournée prévue lors de la célébration de Yennayer à Alger, Constantine et Oran ainsi que Tamanrasset, le leader de Tinariwen a expliqué qu‘un « malentendu » a éclaté entre leur manager et l’ONCI, l’organisateur de cette tournée. Un désaccord que Ibrahim ag Alhabib veut absolument résoudre pour permettre à ses musiciens de retrouver leur public en Algérie.

De son côté, Lakhdar Bentorki a assuré que des pourparlers ont été lancés avec le manager de Tinariwen pour lever le malentendu et organiser une tournée d’ici la fin de ce mois de janvier. Originaires de l’Adrar des Iforas, dans le nord du Mali, les Tinariwen ne sont pas algériens, mais la ville de Tamanrasset en a fait leur emblème car c’est là-bas qu’ils se retrouvent toujours depuis la naissance de leur aventure musicale. Aujourd’hui, Tinariwen est un groupe admiré et suivi dans le monde entier. Bob Dylan, Robert Wyatt et Jack White ont longuement parlé de leur authenticité. Tinariwen, c’est l’histoire d’un éternel voyage musical qui dure depuis des années à travers des concerts animés dans le monde entier.

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE