Depuis le 10 octobre 2018, la population d’Azeffoun est consternée et triste. 7 de ses enfants sont portés disparus alors qu’ils ont essayé de traverser la Méditerranée à bord d’une embarcation de fortune.  Une tentative de Harga dont on ne sait toujours rien concernant son aboutissement. 

Aissou Malek, Belouche Djamel, Demil Hakim, Ghalem Moumen, Oukiss Said, Fedjiri Kamel  et Arhab Mohamed n’ont donné plus aucun signe de vie. Ces jeunes ont fui le chômage, l’absence de perspectives et les horizons bouchés de leur région natale. Désespérés, ils ont risqué leur vie dans l’espoir d’atteindre ce qui leur semblait l’eldorado européen.

Mais jusqu’à aujourd’hui, personne n’a pu connaître leur véritable sort. Sont-ils réfugiés das l’un de ces centres de détention des migrants clandestins situés sur les rives sud de la Méditerranée ? Ont-ils péri au large de cette mer agitée qui a avalé de nombreuses âmes perdues et déchirées ? Personne ne peut répondre encore à ces questions. Les familles des Harragas disparus et leurs proches se mobilisent pour réclamer aux autorités algériennes d’entamer des recherches sérieuses. A Azeffoun, la société civile réclame des réponses et refuse de livrer à l’oubli ces 7 jeunes harragas.

LAISSER UN COMMENTAIRE