C’est une action symbolique qui en dit sur l’ampleur de la dimension alarmante que prend le drame de l’emprisonnement du journaliste Adlène Mellah. L’épouse, les proches et les amis ainsi que des sympathisants ordinaires se sont rassemblés ce samedi devant la prison d’El-Harrach pour célébrer le triste anniversaire du journaliste détenu depuis le 9 décembre dernier dans des conditions plus que déplorables. 

Les participants à ce rassemblement ont dénoncé l’acharnement dont est victime Adlène Mellah qui croupit en prison en dépit de la dégradation inquiétante de son état de santé. Le sort du directeur du média en ligne Dzaïrpresse alimente une polémique nationale en Algérie à la veille de la tenue d’une élection présidentielle en avril prochain. Le ministère de la justice est sévèrement pointé du doigt en raison de cette hogra flagrante dont est victime un journaliste innocent coupable d’avoir participé à un simple rassemblement pacifique mais « non-autorisé » par les autorités algériennes. Un chef d’inculpation ridicule et absurde qui ne mérite guère la prison ferme.

La justice algérienne s’est totalement salie avec l’affaire d’Adlène Mellah. Aujourd’hui, l’homme célèbre son triste anniversaire dans une minuscule cellule suivant un régime de vie qui le réduit à un simple numéro privé de ses droits les plus fondamentaux.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE