L’état de santé du journaliste Adlène Mellah se dégrade dangereusement à la prison d’El-Harrach, a-t-on appris auprès de son avocat Hassan Brahmi qui lui a rendu visite ce mercredi matin. 

« Adlène a perdu au moins 12 Kilos en 8 jours. Il ne veut toujours pas arrêter sa grève de la faim et son état de santé nous inquiète énormément », a confié cet avocat à Algérie Part. Selon Hassan Brahmi, le journaliste Adlène Mellah est conduit chaque jour à la clinique de la prison d’El-Harrach où des médecins le mettent sous perfusion afin de lui permettre de continuer à résister aux effets négatifs de la grève de la faim.

« Nous avons peur, très peur pour la santé d’Adlène Mellah. Et il refuse de suspendre sa grève de la faim tant qu’une date précise de son procès en appel n’est pas arrêtée par la Cour d’Alger », explique le même avocat qui appelle les autorités judiciaires au bons sens. « Adlène Mellah réclame uniquement un procès équitable et juste », témoigne encore Hassan Brahmi.

Il est à souligner que le journaliste Adlène Mellah a été condamné le 25 décembre dernier à une peine d’un an de prison ferme pour “attroupement illégal”. Les conditions controversées de son procès au tribunal de Bab El-Oued ont suscité une énorme polémique dans les médias et les milieux des juristes. Reporters Sans Frontières a également appelé « les autorités algériennes à mettre fin à l’acharnement judiciaire dont est victime Adlène Mellah depuis des mois ».

LAISSER UN COMMENTAIRE