Le chiffre est, d’abord, astronomique. La Loi de Finances 2019 adopté officiellement par le Conseil des Ministres jeudi dernier révèle que l’Etat algérien va accorder en 2019 pas moins de 336 mds DA pour la politique publique de santé. Cela signifie que plus de 3 milliards de dollars seront accordés au secteur de la santé au titre de soutien pour permettre à tous les Algériens de se soigner dignement. 

Justement, c’est le mot « dignement » qui cause un énorme problème puisque en dépit tout l’argent qui est injecté par les autorités algériennes dans le secteur de la santé, le  système est nul, très nul et l’Algérien ne se sent toujours pas traité avec « dignité » lorsqu’il est hospitalisé dans les infrastructures de son propre pays. Quelle crédibilité a donc cette annonce alléchante de 3 milliards de dollars ?

Et, surtout, où va tout cet argent ? Cet immense budget n’est pas nouveau puisqu’en 2018, l’Etat algérien avait accordé également près de 3 milliards de dollars pour soutenir l’accès aux soins à tous les Algériens. En plus, le budget du fonctionnement du ministère de la Santé demeure très important. Preuve en est, en 2019, il sera de 398,97 milliards de Da, à savoir plus de 3,5 milliards de dollars ! En 2018, ce budget de fonctionnement était de 392,16 milliards de Da. L’Etat algérien a donné encore plus d’argent au ministère de la Santé en prévision des besoins de 2019. En réalité, si l’on additionne ce budget de fonctionnement avec le budget consacré au soutien à « la politique publique de santé », nous obtenons un méga-budget de plus de 6 milliards de dollars !

C’est tout simplement hallucinant et inédit ! Comment un Etat peut se permettre de dépenser autant d’argent sans obtenir des résultats satisfaisants, voire acceptables, à savoir mettre en place un système de santé « humain » ? La réponse à cette question révélera un énorme scandale de mauvaise gestion.

6 milliards de dollars pour un secteur qui est composé d’hôpitaux vieillots, délabrés dont les plus grands CHU datent encore de l’époque coloniale ! 6 milliards de dollars pour un secteur caractérisé depuis des années par la pénurie des médicaments, les pannes successives et inexpliquées du matériel médical hospitalier et le manque criant de médecins spécialistes dans de nombreuses régions de l’intérieur et sud du pays.

Comment est-ce possible ? Malgré toutes les mesures prises pour développer une industrie du médicament, la facture d’importation des médicaments durant les onze premiers mois de 2018 à grimpé 1,942 mds usd contre 1,723 mds usd à la même période de 2017, en hausse de 219 millions usd (+12,7%). A quoi servent tous ces immenses budgets débloqués pour développer la santé publique en Algérie ? Malheureusement, à rien ! Algérie Part avait publié récemment toute une longue enquête pour expliquer les tenants et aboutissants de la décadence de notre système de santé. 

Il suffit juste de remédier aux problèmes soulevés par cette enquête pour se doter enfin d’un système de santé digne de ce nom. Mais dans notre pays, on préfère jeter de l’argent par les fenêtres au lieu de travailler sur des solutions rationnelles et efficaces.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE