Enfermé à la prison d’El-Harrach depuis le 18 octobre dernier, le rappeur Réda City 16 veut uniquement retrouver sa famille, ses proches et son public. C’est en tout cas ce qu’affirme la famille du célèbre chanteur dans une lettre parvenue à notre Rédaction. Une lettre dans laquelle elle assure que « notre fils n’a aucun lien avec la politique et ne fera jamais de la politique à sa sortie de prison ». 

« Notre fils assure qu’il veut seulement retrouver son public, ses salles de concerts et reprendre ses émission de variété », souligne également la famille de Réda City 16 qui devait être jugé le 17 décembre dernier. Mais le juge près la cour de justice de Sidi M’Hamed à Alger a décidé de reporter le procès de Réda Hamimed, plus connus sous le nom de Reda city 16, jusqu’au 31 décembre prochain en raison de l’absence des plaignants. La détention provisoire du prévenu a été maintenue pour Réda City et 4 autres personnes dont son propre beau-frère ainsi que les deux Facebookers Ahmed Chaoui et Madani Rouabhi.

Réda City 16 est poursuivis conformément à l’arrêt de renvoi établi par le juge d’instruction pour, entre autre, menaces et d’avoir exercé des pressions sur Bellat Lakhdar et Maazouz Naim respectivement les proches du propriétaire de la marque Bellat et du concessionnaire des véhicules Maazouz. Mais, selon nos informations, les victimes ont retiré leurs plaintes et abandonné leurs intentions de continuer les poursuites judiciaires. Par ailleurs, le chef d’inculpation de contrefaçon de billets en devises retenu contre Réda City 16 durant l’enquête préliminaire a été purement et simplement écarté par le juge d’instruction.

Dans ce contexte, la famille du rappeur espère sa libération le lundi 31 décembre à la fin d’un procès tant attendu et qui ne manquera pas de retenir largement l’attention des médias algériens. « Nous faisons confiance à la Justice », indique enfin la famille de Réda City 16 dans sa lettre.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE