Le journaliste Adlène Mellah a entamé depuis hier mercredi une grève de la faim à la prison d’El-Harrach où il est incarcéré une nouvelle fois depuis le 11 décembre dernier. Adlène Mellah dénonce à travers cette grève les conditions de son procès qui a tourné au scandale à la suite du retrait du collectif de ses avocats qui ont dénoncé une instrumentalisation politique de la part du parquet. 

Selon la famille du directeur du média en ligne Dzaïrpresse, Adlène Mellah entend se solidariser ainsi avec ses avocats qui s’estiment humiliés par la juge et le Procureur de la République près du tribunal de Bab El-Oued. Ces derniers sont accusés d’avoir orchestré le torpillage des plaidoiries de la défense d’Adlène Mellah. Des plaidoiries qui révèlent des dérapages et atteintes flagrantes aux lois protégeant les droits civiques des Algériens.

Rappelons enfin le verdict de l’affaire d’Adlène Mellah a été reporté jusqu’au 25 décembre prochain. Un report provoqué par les vives tensions qui ont éclaté a tribunal de Bab El-Oued. Notre confrère est poursuivi pour «attroupement sur la voie publique», «incitation à l’attroupement» et «désobéissance et outrage à la force publique». Ces accusations sont fortement contestées par un collectif d’avocats composés d’éminents juristes.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE