Salim Aggar a été nommé à la tête de la cinémathèque algérienne.  Cette nomination, aussi contestable soit-elle, aurait pu ne susciter aucune réaction de notre part, au mieux un mouvement d’épaules désabusées pour exprimer un ultime abattement devant cette obscure coutume de désignation des hauts responsables de l’état, une tendance lourde à chercher le mieux dans ce qu’il y a de pire. 
Nous aurions pu faire silence et accepter comme une nouvelle fatalité encore l’inacceptable. Mais nous ne sommes pas dans ce cas de figure. La cinémathèque est un enjeu trop sensible.
C’est l’arrière cour du cinéma, une citadelle imprenable, celle où toutes les créations trouvent refuge, loin de la censure, de la propagande et du propos convenu. Un musée de l’expression libre, une agora de la réflexion, un musée du patrimoine filmique dans sa totale diversité. Dans sa profonde complexité aussi.
Et c’est cette diversité justement qui est aujourd’hui menacée de mort. C’est cette expression libre qui est malmenée, c’est notre volonté à nous montrer dans notre complexité qui peuvent à court terme être remis en cause par cet homme qui a été désigné à la tête de cette institution.
Il n’y aucun préjugé de notre part. Il y a des faits. Cet homme est en conflit ouvert avec une partie importante de la profession. Profitant pendant 20 ans ou plus  d’une tribune médiatique et se cachant derrière  quelques pseudonymes frileux, il a fait de son métier de « critique » une couverture pour mener  des campagnes de lynchage violentes et réactionnaires contre des cinéastes.
Il a fait de la diffamation et de la calomnie son sacerdoce. Il a piétiné l’éthique et la déontologie pour faire de la délation infamante son seul « savoir-faire ».  Membre d’une mystérieuse commission de visionnage, et sans pouvoir particulier, il a fièrement censuré des films et il assume ces actes de censeurs en tant que tels, il les revendique comme acte d’héroïsme patriotique.
La nomination de Salim Aggar est une récompense à la diffamation. Une prime à la calomnie. Un nouveau permis au lynchage et à l’abus de pouvoir.
Nous, Femmes et hommes, professionnels, amateurs et amoureux du cinéma, refusons cette nomination. Elle est un acte de provocation. Une ultime insulte à l’intelligence du cinéma. Nous la dénonçons avec colère et inquiétude.
La cinémathèque a besoin d’une énergie nouvelle qui rassemble les divergences, les propos, les audaces, les différences, les singularités, les talents impétueux…
Cette nomination risque d’être un permis à tuer toutes les voix dissonantes de la création cinématographique, toutes les voix dont la substance ne cadre pas avec la vision étriquée du nouveau locataire du 26 rue Ben Mhidi.
Nous refusons, nous femmes et hommes de la profession, que la cinémathèque devienne le nouveau QG de la « chasse aux sorcières », tel que le promet assez souvent Salim Aggar dans ses différentes interventions pleines de rancunes et de rancœur. Le cinéma algérien a besoin plus que jamais d’un peu plus de lumière. Cette nomination est un écran noir.
Elle doit être purement et simplement annulée.
Premiers signataires :
Damien OUNOURI, Réalisateur/Producteur
Adila BENDIMERAD, Actrice/Productrice/Scénariste
Karim MOUSSAOUI, Réalisateur
Hassen FERHANI, Réalisateur
Sid Ahmed SEMIANE, Auteur/Réalisateur
Samir ARDJOUM, Critique de cinéma/Auteur
Sofia DJAMA, Scénariste/Réalisatrice
Bahia BENCHEIKH-EL-FEGOUN, Réalisatrice
Djamel KERKAR, Réalisateur
Khaled BENAÏSSA, Acteur/Réalisateur
Nadia KACI, Actrice
Kamel DAOUD, Écrivain
Cherif AGGOUNE, Réalisateur
Karim TRAÏDIA, Réalisateur
Karim SAYAD, Réalisateur
Wassyla TAMZALI, Directrice Fondatrice des Ateliers Sauvages
Amina MENIA, Artiste Plasticienne
Malek BENSMAIL, Réalisateur 
Yacine BOUAZIZ, Producteur 
Sabrina DRAOUI, Réalisatrice 
Amina BEDJAOUI HADDAD, Productrice/Scénariste 
Meryem MEDJKANE, Actrice
Salima ABADA, Actrice
Samia MEZIANE, Actrice 
Hakim ABDELFETAH, Coordinateur de Production/Assistant-Réalisateur
Mustapha BENFODIL, Écrivain/Journaliste
Adlene MEDDI, Écrivain/Journaliste 
Feriel GASMI ISSIAKHEM, Architecte Designer
Mohamed Tayeb LAGGOUNE, Directeur de la Photographie
Aziz BOUKEROUNI, Acteur
Drifa MEZENNER, Réalisatrice 
Habiba DJAHNINE, Réalisatrice
Narimene MARI, Réalisatrice/Productrice
Mehdi RAMDANI, Acteur
Dania REYMOND, Réalisatrice 
Meziane ABANE, Journaliste
Sarah HAIDAR, Auteure/Journaliste
Kader Fares AFFAK, Acteur 
Samir EL HAKIM, Acteur
Bachir DERRAIS, Producteur/Réalisateur
Idir BENAIBOUCHE, Acteur
Nasser MEDJKANE, Photographe
Lamine AMMAR KHODJA, Réalisateur
Mehdi BENAÏSSA, Producteur
Omar BELKACEMI, Réalisateur
Ramdane IFTINI, Réalisateur
Samy ZERTAL, Monteur/Etalonneur
Amine KABBES, Réalisateur/Assistant-Réalisateur
Younes MERABET, Acteur
Yasmine BESKRI, Productrice
Mourad BOUAMARA, Président de l’Association Ciné+
Amina BELABED, Actrice
Salim BOUZERD, Producteur
Amine MENTSEUR, Acteur
Karim BENGANA, Auteur-Réalisateur 
Nadia MEFLAH, Auteure/Consultante cinéma/Enseignante
Chafik ALLAL, Réalisateur/Formateur 
Bilel BOUDJELLOULI, Journaliste
Nathalie FEDRIZZI, Maquilleuse
Mahfoud Tayeb KOCEILA, Ingénieur du son
Sihem SIDAOUI, Critique de cinéma/Enseignante
Ammar KESSAB, Expert en politiques culturelles
Mourad KRINAH, Plasticien
Badra HAFIANE, Journaliste
Abdelkader DJERIOU, Artiste
Amine HATTOU, Réalisateur
Karim BENSALAH, Réalisateur 
Ahmed Mehdi SEKKAL, Assistant-caméra
Ahmed ZITOUNI, Acteur
Amel HANIFI, Actrice
Kamal ALMI, Graphiste
Karima KESHIDA, Assistante-réalisateur
Abdallah BENADOUDA, Éditeur/Animateur télé et radio
Latifa LAFFER, Ex-Documentaliste à la Cinémathèque Algérienne
Abdenour MOUTHANA, Ex-Chef de Division à la Cinémathèque Algérienne
Mohamed NAMAR, Ex-Programmateur à la Cinémathèque Algérienne
Karim AHMIA, Architecte
Mohamed EL KEURTI, Président du Ciné-Club de Mascara
Laila AOUDJ, Directrice artistique des rencontres cinématographiques de Bejaia
Anya LOUANCHI, Actrice 
Anis SAIDOUN, Ecrivain/Pharmacien
Dahmane OUZID, Réalisateur
Nadia BOUSELOUA, Journaliste
Mustapha NEDJAI, Artiste plasticien
Nadia CHOUIEB, Réalisatrice
Lila GRAFFIN, Productrice 
Tarik BOUARRARA, Acteur
Maya BENCHEIKH-EL-FEGOUN, Artiste plasticienne
Mehdi Bardi DJELIL, Artiste plasticien 
Amina CASTAING, Productrice
Louiza BENREZZAK, Auteur-Réalisatrice
Sonia AHNOU, Monteuse
Walid BOUCHEBBAH, Réalisateur/Metteur en scène
Valérie OSOUF, Réalisatrice
Rabah SLIMANI, Réalisateur
Amokrane MAKHLOUFI, Assistant-réalisateur
Farid KACEMI, Régisseur général
Noureddine BENHAMED, Artiste
Rym MOKHTARI, Artiste/Enseignante à l’École des Beaux-Arts d’Alger
Amir LALMY, Créateur de contenu
Jamel MATARI, Designer/Photographe
Zahra DOUMANDJI, Actrice
Nadir HAMMOU, Journaliste
Hania TAMZALI ABDOUN, Artiste
Mustapha BOUCETTA, Plasticien
Fella TAMZALI TAHARI, Plasticienne
Mohamed Larbi MERHOUM, Architecte
Louisa HABANI, Actrice
Nabila KALACHE, Designer
Mouna BOUMAZA, Designer
Houssam HERZALLAH, Ex-Chef du Département Productions cinématographiques au CADC (Centre Algérien pour le Développement du Cinéma)
Mehdi BEN BAHOU, Assistant-caméra
Tarek MOKHNACHE, Assistant-réalisateur
Walid SAHRAOUI, Cascadeur 
Nabil MAHIDINE, Directeur artistique/Doublage
Miloud Mourad BENAMARA, Acteur
Moussa NOUN, Réalisateur
Abdeljalil BOUCHAREB, Étalonneur
Ahmed KADRI, Artiste

LAISSER UN COMMENTAIRE