Encore un procès au coeur duquel nous retrouvons un journaliste algérien. Adlène Mellah sera jugé aujourd’hui mardi par le tribunal de Bab El-Oued. Il croupit pour la deuxième fois à la prison d’El-Harrach depuis 7 jours. Plusieurs dizaines d’avocats se sont portés volontaires pour défendre le journaliste et directeur du média en ligne Dzaïrpresse. 

Ces avocats ont préparent des plaidoiries qui ne manqueront de souligner l’état déplorable de la liberté d’expression en Algérie. La nouvelle incarcération d’Adlène Mellah sonne comme une véritable répression dirigée à l’encontre de la presse électronique algérienne qualifiée de « dangereuse » et « d’incontrôlable » par des hauts responsables politiques algériens.

Rappelons que le journaliste Adlène Mellah a été placé mardi dernier sous mandat de dépôt lors de sa présentation devant le procureur de la République près du tribunal de Bab El-Oued.  Les autorités publiques l’accusent d’avoir participé à un rassemblement non-autorisé le 9 décembre dernier à Alger-centre. Son photographe, Abdelaziz Laadjel, a été, lui aussi arrêté, le même jour. Cependant, il avait été relaxé en compagnie d’un troisième manifestant.

La femme d’Adlène Mellah a donné dimanche un émouvant témoignage sur le plateau de la télévision privée Echorouk News TV. Elle avait adressé un message au Président de la République pour lui demander de libérer son « époux », père d’un bébé en bas âge.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE