Les envois de fonds vers l’Algérie faits par la diaspora devraient se chiffrer à 2,157 milliards de dollars (mds usd) en 2018 contre 2 mds usd en 2017, selon le dernier rapport de la Banque mondiale sur l’immigration et les transferts de fonds publié à Washington. Ce chiffre est en deçà des attentes et ne traduit nullement le potentiel financier important de la diaspora algérienne à l’étranger. 

En plus, les transferts de fonds des Algériens établis à l’étranger restent moins importants comparés à ceux drainés par plusieurs pays de la région Moyen-Orient et Afrique du Nord (Mena). Selon les données de la Banque Mondiale, l’Egypte tiendrait toujours le haut du pavé avec 25,7 mds de dollars, suivi du Liban avec 7,8 mds de dollars, du Maroc (7,4 mds du dollars) et de la Jordanie (4,4 mds de dollars). Les transferts de fonds des Tunisiens devraient se chiffrer à deux mds de dollars cette année. Mais pourquoi donc les Algériens établis à l’étranger ne transfèrent pas suffisamment de devises vers leur pays natal ? Explications et analyses avec notre rédacteur en chef, Abdou Semmar :

LAISSER UN COMMENTAIRE