L’imbroglio judiciaire dont est victime le rédacteur en chef d’Algérie Part, Abdou Semmar, se poursuit. Le tribunal d’Abane Ramdane à Alger-centre n’a toujours pas rendu sa réponse à propos de l’interdiction de sortie du territoire national dont est victime de manière arbitraire de notre Rédacteur en chef. Et pourtant, une requête en bonne et due forme a été déposée depuis dimanche dernier. 

Une requête qui n’a toujours pas été analysée par le procureur de la République près le tribunal d’Abane Ramdane, à en croire les réponses fournies par le greffier aux avocats d’Abdou Semmar. Ces derniers doivent revenir dimanche prochain pour comprendre le pourquoi et comment de cet acharnement dont fait l’objet le journaliste algérien.

Cette lenteur dans les procédures inquiète les avocats de notre rédacteur en chef qui appellent les juges au bon sens en cessant de violer les droits citoyens et civiques d’un journaliste qui a toujours défendu l’intérêt général et le droit des algériens à une information fiable et juste.

Le ministère de la justice est enfin prié d’intervenir pour mettre fin à cet acharnement en rendant à Abdou Semmar sa liberté de se déplacer et de voyager. Une liberté consacrée et défendue ardemment par la Constitution de notre pays.

LAISSER UN COMMENTAIRE