Abdou Semmar, le rédacteur en chef d’Algérie Part, poursuit son combat judiciaire pour retrouver toute sa liberté après avoir été emprisonné injustement et arbitrairement à la prison d’El-Harrach pendant 17 jours.  Ce dimanche 02 décembre, les avocats de notre journaliste ont officiellement saisi le procureur de la République près le tribunal de Sidi M’hamed à propos de l’interdiction de sortie du territoire national imposée sans aucun motif légal et sans le moindre respect des dispositions juridiques en vigueur dans notre pays. 

Comme il a été précédemment expliqué dans l’une de nos publications, notre rédacteur en chef, Abdou Semmar, fait l’objet d’une interdiction de quitter le territoire national (ISTN) qui a été ordonnée par le tribunal d’Abane Ramdane, tenez-vous bien, le 08 novembre 2018, à savoir le jour même où Abdou Semmar était en train d’être jugé, en compagnie de son collègue Merouane Boudiab, devant les juges d’un autre tribunal algérois, à savoir celui de Bir Mourad Raïs ! Logiquement, à cette date-là, Abdou Semmar était encore en détention à la prison d’El-Harrach.

Jusqu’au 8 novembre 2018, notre rédacteur en chef croupissait en prison. Il n’a jamais été convoqué ou appelé par un quelconque juge d’instruction ou procureur du tribunal d’Abane Ramdane. Il n’a jamais mis les pieds dans ce tribunal d’Alger-centre. Sur le plan légal, il est impossible de soumettre un citoyen Algérien à une ISTN s’il ne fait pas l’objet d’une procédure d’instruction judiciaire. Partant de ce constat qui révèle de nombreuses irrégularités et violations des lois de notre pays, le procureur de la République près le tribunal de Sidi M’hamed a été prié et invité à rendre justice à Abdou Semmar en invalidant définitivement cette ISTN totalement injustifiée et infondée.

Rappelons enfin que l’article 55 de notre Constitution indique indique clairement que : « tout citoyen jouissant de ses droits civils et politiques a le droit de choisir librement le lieu de sa résidence et de circuler sur le territoire national.  Le droit d’entrée et de sortie du territoire national lui est garanti ».

LAISSER UN COMMENTAIRE