La justice réagit enfin dans l’affaire d’Abdou Semmar, le rédacteur en chef d’Algérie Part. Victime d’une interdiction de sortie du territoire national qui ne s’appuie sur aucun fondement juridique, Abdou Semmar a saisi depuis plusieurs jours le ministère de la Justice et plusieurs procureurs généraux pour réclamer la levée de cette mesure arbitraire. 

Le Procureur de la République près le tribunal de Dar El Beida a répondu officiellement à la requête déposée par les avocats d’Abdou Semmar. Ce procureur a réclamé en urgence à la DGSN et la police des frontières des explications au sujet de cette interdiction de sortie du territoire national. Il est à préciser qu’aucune pareille mesure n’a été émise par la justice à l’encontre du rédacteur en chef d’Algérie Part. Le 8 novembre dernier, il a été remis en liberté par le tribunal de Bir Mourad Raïs sans qu’il ne soit placé sous contrôle judiciaire.

Et pourtant, la police des frontières lui a signifié qu »il ne peut pas quitter le territoire national ! Ni la Cour d’Alger ni le tribunal de Bir Mourad Raïs où il avait été jugé n’ont instruit les services de sécurité de le soumettre à une Interdiction de sortie du territoire national (ISTN). Il s’agit d’une grave dérive et atteinte aux droits civiques d’un citoyen algérien. Une pure violation des lois algériennes protégeant les droits fondamentaux des citoyens algériens. Les avocats d’Abdou Semmar attendent les éclaircissements de la DGSN pour ensuite procéder aux poursuites judiciaires à l’encontre des instances responsables de cette dérive. Le ministère de l’Intérieur sera également bientôt saisi et interpellé à propos de cette affaire scandaleuse.

LAISSER UN COMMENTAIRE