C’est un énorme soulagement. Une véritable scène de liesse a été observée ce jeudi devant la porte principale de la prison d’El-Harrach lors de la libération du journaliste Adelène Mellah, le directeur du site Dzaïrpresse. 

Des youyous, des chants de joie, une magnifique ambiance a régné devant la sinistre prison d’El-Harrach pour célébrer la libération de notre confrère Adelène Mellah. Une relaxe obtenue, sans aucun doute, grâce à la forte mobilisation des journalistes et activistes ainsi que divers citoyens issus de tous les horizons à travers l’Algérie. Cette mobilisation citoyenne a démontré que la défense ou le respect des libertés publiques est un combat qu’il faut mener au quotidien pour obliger les autorités à ne plus jamais piétiner les droits civiques.

Ce jeudi 22 novembre, la corporation des avocats a démontré une nouvelle fois qu’elle est une force motrice et fédératrice dans cette lutte en faveur de la liberté d’expression en Algérie. Des avocats comme Abdelghani Badi, Amine Sidhoum, Lakhlef Chérif ou Zoubida Assoul ont pesé de tout leur poids pour obtenir la relaxe des journalistes emprisonnés.

LAISSER UN COMMENTAIRE