Les habitants de la commune de Raïs Hamidou sont sous le choc. Plusieurs dizaines d’habitants de ce quartier populaire de la capitale Alger appelé communément La Pointe ont manifesté mardi dans les rues pour exprimer leur colère face à la détresse de plusieurs familles qui ont perdu leurs enfants morts ou disparus en mer après avoir tenté une incertaine et fatale harga. 
Une traversée de la méditerranée qui s’est avérée fatale puisqu’elle a livré un bilan lourd :  sur 13 personnes embarquées, 2 morts et 8 disparus, tous des jeunes originaires de  la commune de Raïs Hamidou.
« Ce matin, la tristesse de toute une population accompagnait le désarroi des familles et  se mêlait à la colère des jeunes », raconte à ce sujet Moumen Khelil l’ancien secrétaire général de la Ligue algérienne de défense des droits de l’Homme (LADDH) sur son compte Facebook.  « Les jeunes de la Pointe qu’on pleure en attente de nouvelles, avec fatalité pour certain et espoir pour d’autres, ont pris la mer le mercredi 14 novembre avec certainement des rêves, des projets et beaucoup d’espoir. Ils naviguaient vers quelque chose en fuyant beaucoup de choses », a indiqué encore la même source d’après laquelle l’émotion demeure toujours vive à La Pointe à la suite de ce drame.

LAISSER UN COMMENTAIRE