C’est une très mauvaise nouvelle pour les milliers d’étudiants algériens qui rêvent de poursuivre leurs études universitaires en France. Le gouvernement français va imposer des augmentations drastiques des droits d’inscription des nouveaux étudiants extraeuropéens à l’image des étudiants algériens. 

Ainsi, dés la prochaine rentrée universitaire en France, ces frais d’inscription atteindront 2 800 euros en licence et 3 800 euros en master et en doctorat ! Une augmentation phénoménale qui enterre définitivement le mythe de l’accessibilité des universités françaises aux étudiants étrangers notamment africains.

Il faut savoir que jusqu’à présent, les étudiants étrangers comme les Algériens (hors Union européenne) pouvaient venir faire leurs études en France au même tarif que les Français. A titre d’exemple, une licence coûte jusqu’à aujourd’hui 170 euros par an, un master 243 euros et un doctorat 380 euros. A partir de l’année prochaine, les étudiants algériens devront payer respectivement 2 770 euros pour la première et 3 770 euros pour les deux autres.

Ces augmentations des frais d’inscription ont été annoncées officiellement par le premier ministre français Edouard Philippe, lundi 19 novembre lors des Rencontres universitaires de la francophonie. Cette annonce intervient dans le sillage d’un nouveau plan élaboré par la France pour mener « la bataille des cerveaux qui se joue beaucoup sur la séduction des meilleurs étudiants », rapportent des sources médiatiques françaises. Les universités françaises ne seront donc plus à la portée des étudiants les moins aisés du continent africain et du Maghreb.

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE