Des journalistes algériens emprisonnés : l’histoire racontée par quatre joueurs de dominos à El-Harrach

0
1702

Le café le plus proche de la prison d’El Harrach est toujours plein de monde les jours de visite, mais cela ne gêne en rien les quatre joueurs de dominos qui ont toujours leur table assurée. Ils sont connus dans tout le quartier et c’est auprès d’eux qu’on trouve les cancans les plus frais et souvent les plus sûrs.

Ce jour-là, ils savent que leur réputation se joue à cause de l’affaire Abdou Semmar, dont les deux protagonistes viennent d’être libérés.

-« Moi je te dis qu’elle n’est pas très nette cette affaire. Journaliste ? c’est une couverture, je te dis. Il est impliqué jusqu’au cou ce monsieur dans l’histoire des 700 kilos de cocaïne. Les gendarmes se sont rendu compte trop tard qu’ils avaient mis la main sur une grosse pointure. Il est très riche le gars sinon comment veux-tu qu’en claquant des doigts il convoque 57 avocats ? Il faut les payer les 57 avocats. »

-« En réalité il étaient plus que 400, mais les gendarmes ne les ont pas laissés s’approcher de la prison parce qu’ils ont cru que c’était une manifestation. Et comme elle n’était pas autorisée…J’ai entendu dire que deux confrères en étaient venus aux mains parce qu’il y en avait un qui disait : j’étais là avant toi ».

-« C’est des bêtises tout ça. C’est du travail mal fait à l’image de tout le reste. Cela s’est passé au moment du passage à l’heure d’hiver. Le gendarme a oublié de régler sa montre, c’est tout. Résultat : on met des gars en tôle à 14h 30 alors que la convocation était datée 15h 30. On a mis la charrue avant les bœufs, c’est tout ».

-« Je te vois venir toi. Les bœufs, le boucher, la cocaïne… »

-«  Laisse-moi terminer. Les avocats ont découvert un vice de procédure. Alors évidemment leurs honoraires vont monter en flèche maintenant. Ils vont dire qu’ils sont plus forts que l’avocat américain qui a fait libérer le ministre français qui a violé une noire à New York ».

-« Oui ! je m’en souviens comme si c’était hier. Elle s’appelle Nafissatou Diallo. Le violeur, j’ai oublié son nom, mais je sais que c’était un quelqu’un. Dommage que nos avocats ne parlent pas l’Américain, sinon ils feraient un tabac là-bas ».

-« De quel vice de forme tu parles? Le vice il est partout ya khou. Je vous fais remarquer qu’il a raison le camarade. ça s’est fait le jour où on passait à l’heure d’hiver. Il y a toujours des incidents à ce moment-là »

-« Vous êtes sérieux-là ? C’est un problème de règlements de compte, un point c’est tout. Le propriétaire de la chaîne de TV, je ne me rappelle pas son nom; a déposé plainte parce que Abdou Semmar a dit du mal de sa sœur. Entre nous je l’ai vu hier à sa télé. Il n’a pas l’air très net. Il fait FLN ».

-« Nous y voilà ! On va encore parler du coup de boule de Zidane et on va finir par Hannachi, la JSK, Madjer etc…Arrêtez les gars. Je vous dis que c’est une affaire de très gros sous. Qui te dit que Semmar n’est pas associé avec le Boucher? »

-« Dans la boucherie peut-être ? Et encore, ce n’est même pas sûr parce qu’il paraît qu’il ne sait même pas cuire un bifteck. Il parle tout le temps d’investigations. Il voit trop les chaînes étrangères à mon avis. C’est son obsession, les investigations ».

-« Est-ce que j’ai parlé de viande, moi ? Je parle de l’affaire du trafic de cocaïne. C’est parti pour des années de procès et je ne sais même pas si on saura un jour la vérité. »

-« Il a raison. L’affaire Khalifa ? ça vous dit quelque chose, les frères ? »

-« Oui, mais les choses ont changé maintenant. »

-« Ah ça oui ! On va avoir la 3ème plus grande mosquée du monde. On est les champions comme toujours. »

-« Qu’est-ce que ça a à voir avec la cocaïne et la viande ? Dans une minute tu vas nous dire que Abbassi Madani est dans le coup, lui aussi.»

-« Vous mélangez tout les gars. Abdou Semmar est journaliste. Il écrit avec son ordinateur et fait des enquêtes pour dénoncer ce qui ne marche pas. Ce n’est pas un justicier, c’est un journaliste. Vous savez ce que ça veut dire ? »

-« ça veut dire qu’il est payé à la journée ? Je ne te crois pas. Il est propriétaire de son journal. Tu sais ce que ça veut dire un patron de presse, ou pas ? C’est énorme !»

-« Il paraît que lui et son ami, ils ont été très bien accueillis à la prison. »

-« Moi, je commence à en avoir marre. Qui a le double-six ? »

 

Par Aziz Benyahia

        

LEAVE A REPLY