La corruption massive qui gangrène le football algérien alimente un dossier en cours de traitement en ce moment par la FIFA. Et la puissante organisation sportive internationale risque d’adopter des sanctions très sévères à l’encontre de l’Algérie. 

Après la BBC, c’est France Football qui vient de confirmer cette information. Il faut savoir que la lutte contre les matchs truqués est devenue une priorité pour la FIFA. Cellec-i s’est engagée à prendre es sanctions qui seront appliquées contre les clubs impliqués dans le scandale de matchs truqués. Pour réserver les fondements mêmes du sport et du fair-play, la Commission de Discipline de la FIFA avait décidé d’étendre à l’échelle les sanctions de  la Commission de Discipline de la Fédération finlandaise de football à l’encontre de six joueurs impliqués dans des matchs truqués.

Ainsi, tout footballeur inculpé dans un match douteux disputé dans le cadre d’un championnat précis, ne pourra plus jouer ailleurs dans le reste du monde. La sanction est très dure et met entièrement en péril la carrière sportive d’un joueur de football. Par ailleurs, depuis janvier 2016,  la FIFA s’est engagée à prendre le fléau des manipulations des matchs à bras le corps.

Une première expérience a été menée en Chine avec la signature de déclarations d’intégrité, des contrôles effectués par des organismes indépendants lors des matches de football et l’établissement de procédures disciplinaires spécifiques afin de surveiller et de traiter des comportements suspects pouvant révéler un trucage.

La FIFA a adopté également une politique de tolérance zéro vis-à-vis des matches truqués lors d’un symposium consacré à la manipulation des compétitions sportives, événement organisé mercredi au Centre International d’Étude du Sport (CIES) à Neuchâtel, en Suisse. La délégation de la FIFA qui s’y est rendue a fourni une présentation des vulnérabilités du football qui peuvent donner lieu à des manipulations. Elle a également présenté certaines des étapes nécessaires pour y remédier : détection, collecte d’informations, enquête, sanctions et prévention.

Partant de ce principe, le code disciplinaire de la FIFA offre la possibilité d’étendre ces sanctions, jusqu’à une suspension à vie ! L’article 62 du code disciplinaire de la FIFA traite clairement du fléau de la corruption dans le stades de football. Et plusieurs dispositions sont prévues dans ce sens. Ainsi, il est expliqué que « celui qui offre, promet ou octroie un avantage indu à un organe de la FIFA,à un officiel de match, à un joueur ou à un officiel, pour lui ou un tiers, afin d’amener cette personne à violer la réglementation de la FIFA sera puni :

a) d’une amende d’au moins CHF 10 000,

b) d’une interdiction d’exercer toute activité relative au football, et

c) d’une interdiction de stade.

« Dans les cas graves et en cas de récidive, la sanction de l’al. 1b pourra être
prononcée à vie », explique encore cet article selon lequel « la corruption passive (solliciter, se faire promettre ou accepter un avantage indu) est sanctionnée de la même manière.. ».

« Dans tous les cas, l’autorité prononcera la confiscation des valeurs patrimoniales qui ont servi à commettre l’infraction. Ces valeurs seront utilisées pour le programme de développement du football », indique enfin le code disciplinaire de la FIFA.

Soulignons en dernier lieu que l’article 69 du même code de la FIFA précise que « celui qui aura entrepris des démarches en vue d’influencer le résultat d’une rencontre de manière contraire à l’éthique sportive sera sanctionné d’une suspension de match(es) ou d’une interdiction d’exercer toute activité relative au football, ainsi que d’une amende d’au moins CHF 15 000 ». Et « dans les cas graves, il s’agira d’une interdiction à vie d’exercer toute activité relative au football », assure cette disposition.

D’autre part, « dans le cas d’une illicite prise d’influence sur le résultat d’un match comme
précisé à l’alinéa 1 du présent article, le club ou l’association dont dépend le joueur ou l’officiel qui s’est rendu coupable de l’infraction peut se voir infliger une amende. Dans les cas graves, la sanction peut aller jusqu’à l’exclusion de la compétition, la rétrogradation, le retrait de points ou encore la restitution des prix », signale-t-on. C’est dire que les acteurs du football algérien impliqués dans ces trucages et manipulations des résultats risquent tout simplement une exclusion définitive du monde du football.

 

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE