Documents exclusifs. Effervescence des mouvements de protestation des travailleurs à Annaba

0
5360

La victoire remportée par les employés de l’un des plus grands complexes industriels du pays, en l’occurrence  le complexe sidérurgique d’El-Hadjar, semble avoir donné du courages aux salariés de plusieurs entreprises publiques à l’image de Fertial, Somind ou encore l’Entreprise nationale de réalisation Générale des Travaux Hydrauliques (GTH).

Ce sont les travailleurs de cette dernière entreprise qui ont décidé d’investir depuis une semaine l’espace public afin de demander le payement de leurs salaires. Ces derniers n’ont pas été versés depuis 5 mois déjà. Une situation de crise financière aiguë causée par une mauvaise gestion chronique des affaires de l’entreprise, prive aujourd’hui ces pères et mères de familles des ressources économiques nécessaires à leur survie.

Les grévistes de cette entreprise étatique qui emploie plus de 1.000 personnes à travers l’ensemble du territoire national, réclament le payement de tous leurs salaires, mais aussi le départ inconditionnel du syndicat de l’entreprise qui, depuis sa désignation par la Fédération Nationale des Travailleurs de l’Hydraulique et des Travaux Publics, n’a rien apporté pour le bien des employés qu’il est censé défendre.

En effet, les travailleurs estiment que ce syndicat «illégitime» doit être remplacé par une autre organisation issue d’un vote démocratique comme le prévoit la réglementation en vigueur. Une pétition portant 643 signatures a été envoyée au bureau de wilaya d’Annaba de l’UGTA pour procéder au retrait de confiance du syndicat actuel et l’élection d’une nouvelle structure syndicale réellement représentative des travailleurs de l’entreprise.

Le syndicat actuel est accusé de n’avoir, à aucun moment, bougé le petit doigt pour régler la situation de crise que vit la société depuis de nombreux mois. Le même syndicat est aussi accusé de rouler pour le compte de la direction en échanges de quelques avantages personnels.

Mustapha Bendjama