Les autorités algériennes viennent d’annoncer officiellement que le coût global de réalisation des 10 accès à la Grande mosquée d’Alger et des travaux publics annexés a été estimé à 6 milliards de dinars (600 milliards de centimes). Selon les investigations d’Algérie Part, ce montant est anormalement énorme et soulève des soupçons de surfacturation. Explications. 

A l’heure actuelle, 5 accès ont été finalisés, tandis que les travaux de réalisation des 5 autres avancent, rassure le gouvernement. D’après nos autorités, ces nouveaux accès sont nécessaires pour faire face à l’affluence des visiteurs, tout en leur garantissent les conditions de sécurité, aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur de la Grande Mosquée d’Alger. Mais la facture de 600 milliards de centime est très salée et soulève de nombreuses interrogations.

Le gouvernement a justifié ce montant par des opérations d’expropriation, de transfert de lignes électriques, de canalisation d’eau et de gaz ainsi que la suppression d’autres obstacles qui ont été nécessaires pour la réalisation de ces accès. Algérie Part a consulté plusieurs experts en Bâtiment et Travaux Publics (BTP) qui démentent cette version et avancent d’autres explications techniques pour contredire les informations communiquées officiellement aux Algériens.

« Le montant est sur-évalué au regard de la consistance des travaux qu’envisagent de faire les autorités », confie d’emblée un expert qui a travaillé sur plusieurs chantiers stratégiques en Algérie. « Ces accès seront des routes en bitumes ou en or ? », s’interroge sur un ton sarcastique notre interlocuteur.

Un autre expert consulté par Algérie Part reconnaît aussi que le montant de 600 milliards de centimes est largement exagéré. « La Grande Mosquée d’Alger est située tout près de l’autoroute. Quelle est donc la longueur réelle de ces 10 tronçons ou 3 tunnels qui seront bâtis pour permettre aux Algériens d’accéder à cet édifice ? », se demande cet expert selon lequel un budget de 150 milliards de centimes est largement suffisant pour construire ces 10 accès.

 » Au regard de son emplacement géographique, les 10 accès de la Grande Mosquée d’Alger ne peuvent en aucun cas excéder les 10 Km. Et même s’il faut construire  des routes longues de 20 KM, la somme de 600 milliards de centimes n’est pas justifiée », témoigne notre interlocuteur qui nous fournir plusieurs indications techniques.

« A titre d’exemple, s’il faut faire des accès routiers qui s’étendent jusqu’à 20 Km avec des routes disposant de 20000 Ml X 7 m de largeur en bitume, 0,07 mètres d’épaisseur, 2,4 mètres de densité et une bonne mise en place des enrobés, le budget nécessaire dépassera à peine les 100 milliards de centimes. S’il s’agit de bretelles d’autoroute, il faut multiplier ce prix par 2.5 », explique notre expert pour nous signifier que dans les meilleurs des cas possibles et imaginables, 300 milliards de centimes seraient suffisantes pour réaliser ces 10 accès routiers nécessaires à la Grande Mosquée d’Alger.

Selon tous les interlocuteurs et spécialistes que nous avons interrogé, les prix des matières premières comme le coût des travaux de terrassement ne peuvent pas justifier ce montant très élevé de 600 milliards de centimes. Qui a donc intérêt à gonfler cette facture alors que notre pays se retrouve dans une situation financière très compliquée ?