Saïd Bouhadja a été reçu officiellement hier samedi après-midi par un conseiller du Président de la République. Au cours de cette rencontre organisée à El-Mouradia, l’option de la dissolution du Parlement a été écartée définitivement, a-t-on appris suite à nos investigations. 

Le Palais d’El-Mouradia a jugé que cette option comporte un dangereux risque d’instabilité politique et institutionnel pour le pays. Ainsi, pour remédier à la situation de blocage dans laquelle s’enferme actuellement l’Assemblée Populaire et Nationale (APN), il ne reste que l’option de la démission de Saïd Bouhadja. Ce dernier devra probablement, selon nos informations, se résoudre à accepter son sort dans les heures à venir. L’annonce de sa démission risque fortement d’intervenir d’ici la fin de cette journée de dimanche. A moins que l’actuel président de l’APN s’entête dans sa lutte de survie au risque de provoquer une énorme tempête politique dont personne ne peut encore imaginer les conséquences politiques.