Pour bloquer Saïd Bouhadja dans ses activités et le pousser à rendre le tablier, le FLN est désormais prêt à tout. A commencer par l’implication du ministère des Affaires Etrangères.

Ainsi, les services de Abdelkader Messahel ont demandé aux ambassades étrangères d’annuler toutes les activités diplomatiques en lien avec la chambre basse du parlement. Ainsi, l’ambassadeur du Japon, qui avait prévu une rencontre lundi matin avec des responsables de l’APN, a dû annuler son rendez-vous. Selon des sources parlementaires, le diplomate a indiqué qu’il avait reçu une correspondance du ministère des Affaires Etrangères.

Le blocage des activités diplomatiques fait partie des moyens de pression que veut utiliser le FLN pour faire partir Saïd Bouhadja, qui ne veut pour l’instant pas céder. « Je reste quitte à provoquer la dissolution de l’APN », a-t-il déclaré à nos confrères de Liberté, ce lundi. « Je ne démissionnerai pas parce que je ne reconnais pas avoir commis des erreurs », a-t-il ajouté.