C’est une révélation fracassante que vient de faire dans son livre l’ancien ambassadeur de France en Algérie, Bernard Bajolet qui fut également patron des services secrets français entre avril 2013 et mai 2017. Dans son livre paru aux éditions Plon à Paris, Le Soleil ne se lève plus à l’Est, Bernard Bajolet est revenu sur les dessous de l’épisode de la sortie médiatique virulente de l’ancien ministre des Moudjahidine, Chérif Abbès, contre les “origines juives” de Nicolas Sarkozy. 

En novembre 2007, les propos du ministre algérien ont eu l’effet d’une bombe. “Je ne crois pas que les relations entre l’Algérie et la France soient fondées sur le principe d’égalité (…) Vous connaissez les origines du président de la France et vous savez quelles sont les parties qui l’ont amené au pouvoir”, avait déclaré à l’époque dans les colonnes du quotidien El-Khabar, Mohamed Chérif Abbès, qui occupait les fonctions de ministre des Moudjahidine.

«Ceci était le résultat d’un mouvement qui reflète l’avis des véritables architectes de l’arrivée de Sarkozy au pouvoir, le lobby juif qui a le monopole de l’industrie en France», avait poursuivi le ministre algérien qui enclencha ainsi une véritable tempête diplomatique entre les deux pays.

Cependant, d’après les révélations de Bernard Bajolet dans son livre, les propos de Chérif Abbès ne seraient qu’une machination politique orchestrée par les services algériens, alias le DRS, pour torpiller les relations d’Abdelaziz Bouteflika avec Nicolas Sarkozy. “J’avais des raisons de penser que cette sortie était inspirée par les services pour embarrasser le président Bouteflika”, écrit noir sur blanc l’ancien diplomate français dans son livre qui fait couler beaucoup d’encre depuis sa parution à Paris.

Bajolet raconte également qu’à son “instigation”, Bouteflika appela Sarkozy pour désamorcer la situation de crise engendrée par les déclarations hostiles de Chérif Abbès qui coule, désormais, des jours heureux en France, ce pays diabolique dont il voulait obtenir la repentance.