Une quarantaine de travailleurs ont tenu, dimanche, un sit-in au niveau de l’unité de production de FERTIAL Annaba. «Nous devions attendre le reste de nos collègues dans le but de marcher vers le siège de la wilaya et manifester notre refus vis-à-vis du rachat des actions du GVM par Haddad. Mais le SG du syndicat nous a garanti que la transaction n’aura, finalement, pas lieu », nous a indiqué l’un des travailleurs présents lors du rassemblement. La direction générale de FERTIAL ayant donné des instructions fermes à la sécurité extérieure du complexe pour empêcher la presse d’entrer, nous n’avons pas pu assister au rassemblement.

Contacté par nos soins, Zadi Lakhdar, le secrétaire général du syndicat de Fertial, est venu nous retrouver près de l’entrée de l’usine dès la fin de son sit-in. «Nous avons saisi la Fédération Nationale des Travailleurs du Pétrole, du Gaz et de la Chimie (FNTPGC) et la centrale syndicale. Sidi Said a transmis nos préoccupations à la Présidence de la République. On a obtenu des garantis. La transaction ne se fera pas et la Présidence de la République y veillera. Car seul le Président Bouteflika peut prendre ce genre de décisions», nous affirma M. Zadi. En effet, dans un communiqué de la présidence de la République, diffusé en janvier dernier, le Président Bouteflika a conditionné la mise en application du partenariat public-privé par l’accord préalable du chef de l’Etat.

Autrement dit, toute opération de partenariat entre le public et le privé ou de cession d’actifs doit, d’abord, recevoir le feu vert du Président de la République. L’Assemblée Générale Extraordinaire  des actionnaires de FERTIAL prévue pour lundi a-t-elle été annulée ?

Elle n’aura probablement pas lieu si l’on s’en tient aux informations dont dispose le député et ancien syndicaliste, Smain Kouadria. «La présidence de la République a donné des instructions fermes pour annuler la transaction. Abdelmoumen Ould Kaddour a été instruit, en tant que PDG de l’entreprise mère Sonatrach d’utiliser son droit de préemption », a affirmé le député du parti des travailleurs avant d’ajouter que l’Etat ne permettra pas le bradage des entreprises publiques.

Pour rappel, Ali Haddad qui avait obtenu en 2017 17% des actions de la société FERTIAL, veut acquérir les 49% des parts restants et appartenant à l’entreprise espagnole Villar Mir. Grâce à ce montage, il espère s’imposer comme l’actionnaire majoritaire face à la filiale de Sonatrach, à savoir Asmidal, qui détient 34% des actifs de la société des fertilisants.

Bendjama Mustapha