Le ministre de l’Intérieur, Nourredine Bedoui, est en froid avec le patron de la DGSN, Mustapha Lahbiri, a constaté Algérie Part au cours de ses investigations. Nous avons pu confirmer mercredi que c’est Bedoui qui est intervenu personnellement pour bloquer une décision de Mustapha Lahbiri concernant le limogeage de  Hamid Goucem, directeur de la police de l’air et des frontières (PAF). 

Le ministre de l’Intérieur n’ pas du tout apprécié « l’individualisme » du nouveau patron de la DGSN. Selon nos investigations, Bedoui estime qu’il aurait dû être consulté avant la prise de cette décision stratégique qui concerne un corps sensible de la DGSN. « Je suis tout de même le ministre de l’Intérieur ! », aurait confié Nourredine Bedoui à plusieurs membres de son entourage pour relater sa colère.

Lahbiri, un homme qui « fait cavalier seul ». Cette situation irrite au plus haut point le ministre de l’Intérieur qui n’a pas du tout apprécié les récents changements adoptés par le patron de la DGSN. La série interminable de limogeages décidés par Lahbiri a fortement déplu à Bedoui qui déplore une instabilité chronique minant l’institution de la DGSN depuis l’arrivée de Mustapha Lahbiri. Une déstabilisation accélérée de la police nationale que le ministre de l’Intérieur désapprouvait de jour en jour.

De son côté, Lahbiri voulait diriger la DGSN de manière très indépendante échappant ainsi au contrôle du ministère de l’Intérieur. La DGSN, une institution forte, puissante et émancipée ? C’est l’ambition que nourrit secrètement Lahbiri. Cependant, le ministre de l’Intérieur s’oppose catégoriquement à cette option. Force est enfin de constater que d’autres différends opposent Mustapha Lahbiri à Nourredine Bedoui. Il s’agit notamment de l’influence de certains hommes d’affaires et oligarques sur les services de la DGSN. Algérie Part reviendra prochainement sur ce dossier avec de nouvelles révélations.