Au moins 700 Algériens, établis de manière illégale en Allemagne, vont être bientôt rapatriés en Algérie. Ils font partie des 3700 Algériens établis de manière irrégulière en Allemagne où résident 40 000 ressortissants algériens. Ce sont là les chiffres donnés, ce lundi après-midi, par le premier ministre, Ahmed Ouyahia, lors d’une conférence de presse conjointe animée avec la chancelière allemande, Angela Merkel.

« Je vous confirme que l’Algérie récupérera ses enfants (en situation  irrégulière en Allemagne), qu’il s’agit de 3.000 ou de 5.000 citoyens, tout  en respectant un certain nombre de règles sur lesquelles on est en parfait accord avec les autorités allemandes », a déclaré Ahmed Ouyahia. Mais ce dernier a refusé d’évoquer des catégories particulières de ces migrants.

A une journaliste allemande qui lui rappelait que Amnesty International a accablé l’Algérie, le premier ministre a répliqué qu’il n’y a « pas un pays que Amnesty n’a pas critiqué ». Concernant les homosexuels, Ouyahia a tout simplement indiqué que « l’Algérie a ses traditions et pratiques qu’il faut respecter ».

A Angela Merkel qui a demandé à ce que les migrants clandestins algériens devaient être rapatriés par des vols charters de la compagnie Lufthansa, Ahmed Ouyahia a dit que le gouvernement algérien « s’oppose au rapatriement par vols spéciaux ». Les autorités algériennes préfèrent donc les vols réguliers.

Pour le reste des sujets, les deux responsables ont annoncé avoir discuté des questions économiques. « L’Allemagne est prête à aider l’Algérie à diversifier son économie », a annoncé la chancelière allemande. Ouyahia, lui, a dit espérer que des entreprises allemandes investissent davantage dans notre pays.

Les questions diplomatiques ont également été abordées. C’est le cas notamment de la Libye dont « le conflit doit être réglé » rapidement dans « l’intérêt de l’Algérie et de l’Allemagne ». « L’Algérie est un pays stable qui a un rôle important dans la région », a encore ajouté la chancelière Merkel.

La cheffe du gouvernement allemand a été reçue, en fin de journée, par le chef de l’Etat, Abdelaziz Bouteflika avant de s’envoler pour Tunis.