Le malaise est énorme à Ouargla, cette wilaya qui abrite les champs pétroliers les plus importants de toute l’Algérie. La mobilisation populaire de ce samedi démontre un rejet total de la population des politiques conduites jusque-là par le gouvernement dans cette région sensible du sud du pays. 

Les habitants d’Ouargla ne sont pas des casseurs ni des émeutiers. Ils savent très bien ce qu’ils veulent et se battent pour une cause précise. Et pour expliquer les tenants et aboutissants de leur mobilisation, ils ont adressé une lettre ouverte ce samedi aux « autorités suprêmes du pays ». Lue en public devant les milliers de manifestants mobilisés pour crier leur colère contre les justices et inégalités sociales, cette lettre résume parfaitement la situation déplorable de cette région, pourtant, riche.

Des centres de traitement et de soins pour les malades cancéreux, les personnes brûlées qui doivent se déplacer jusqu’au nord du pays, la levée du gel de plusieurs projets locaux et la construction de logements sociaux, les habitants d’Ouargla ont expliqué pédagogiquement leurs revendications dans cette où ils dénoncent une mauvaise gouvernance alarmante.

Une mauvaise gouvernance qui s’explique par la marginalisation de ces populations du sud du pays. D’ailleurs, les manifestants d’Ouargla réclament la réhabilitation de leur patrimoine local et des héros de la guerre d’Indépendance originaires de leur région. Des héros victimes de l’oubli arbitraire. Ce document insiste enfin sur le départ de l’actuel Wali d’Ouargla et de ses cadres accusés « d’incompétence » et « d’insouciance ».