C’est un problème délicat qui n’a jamais été attiré l’attention de nos hauts responsables en charge du secteur de la santé. Et pourtant, ses conséquences sont dramatiques sur nos hôpitaux qui manquent depuis plusieurs semaines de médicaments et de dispositifs médicaux indispensables pour dispenser des soins aux citoyens.  

Ce problème a pour nom  les Programmes Prévisionnels d’Importation communément appelés les (PPI). Aujourd’hui, cette procédure suscite de vives inquiétudes parmi les professionnels du secteur de la santé en Algérie. Et pour cause, plusieurs sources concordantes ont assuré à Algérie Part que cette procédure a été utilisée par la direction de pharmacie hors des limites réglementaires et constitue un des principaux moyens pour bloquer certains opérateurs qui gênent l’expansion des situations monopolistiques détenues par certains importateurs privés ou représentants de laboratoires internationaux en Algérie.

Il faut savoir que dans notre pays, l’importation des médicaments et des dispositifs médicaux n’est pas soumise à des licences spécifiques ou à des quotas pré-déterminés. Les informations contenues dans le PPI sont données à titré purement indicatif. Ce ne sont que des prévisions. En plus, les PPI ne sont pas délivrés simultanément à tous les opérateurs pour être en conformité avec les principes de la concurrence libre et loyale.

Plusieurs opérateurs pharmaceutiques ont indiqué à Algérie Part que la délivrance tardive et sélective des PPI créé des pénuries comme celle des prothèses vasculaires qui dure depuis plusieurs mois. Cette situation renforce ainsi les monopoles des opérateurs soutenus et protégés qui vont appliquer des prix exorbitants et imposer à leurs clients leur politique tarifaire.

Force est également de constater que l’actuelle gestion anarchique et peu transparente de la procédure des « PPI » contrarie et humilie de nombreux opérateurs Algériens auprès des fournisseurs car la direction de la pharmacie demande d’actualiser annuellement un papier sans aucune valeur juridique intitulé : engagement solidaire. Tous les fournisseurs interrogés par Algérie Part sont étonnés par cette demande exprimée chaque année.

Certains fournisseurs profitent de cette occasion pour faire attendre longtemps les opérateurs qui n’ont pas honoré leurs engagements au niveau du forecast parce que le PPI n’a pas été délivré au début de l’année comme c’est le cas pour plusieurs petites sociétés sans parrainage offert d’en haut ! Il faut savoir que forecast est un  prévisionnel des ventes est un document qui indique la quantité d’articles que la société pense vendre au cours d’une période donnée.

Certains fournisseurs rompent leurs contrat de distribution avec les opérateurs qui n’ont pas accompli les forecast convenus à cause de cette remise tardive des PPI. Certains opérateurs pharmaceutiques et professionnels de la santé vont jusqu’à qualifier la procédure des PPI « d’illégale et anticonstitutionnelle ». « Elle est juste établie pour protéger les monopoles de certains et préserver les intérêts de certains décideurs », dénonce un entrepreneur en grande difficulté avec le ministère de la Santé. En cette période tumultueuse que traverse le pays, elle participe à créer et nourrir des problèmes, des tensions et des suspicions, a-t-on du moins constaté au cours de nos investigations.

Et pour ne rien arranger à cette situation, la direction de la pharmacie a compliqué davantage la procédure des PPI en réclamant deux nouveaux « papiers » qui pourrissent encore la vie des opérateurs pharmaceutiques en Algérie. Nous poursuivons nos investigations et nous reviendrons prochainement sur ce dossier avec encore plus de détails.