Malgré la crise économique et financière que connaît le pays depuis des années, la compagnie nationale des hydrocarbures, Sonatrach, continue d’investir. La société investit au moins 10 milliards de dollars chaque année et compte mettre sur la table 59 milliards de dollars pour les 10 années à venir afin de développer le secteur, annoncent les responsables de la compagnie lors d’une conférence de presse organisée ce dimanche à Alger.

Ainsi, selon le ministre de l’Energie, Mustapha Guitouni, la compagnie nationale réalise, chaque année, un volume d’investissements de plus de 10 milliards de dollars. Parmi les projets réalisés, le ministre a cité plus la mise en service ou l’exploration de 180 gisements dont une quinzaine de grande importance avec toutes les installations complexes y afférents (unités de surfaces, réseaux de collecte, centres de dispatching…) et les activités économiques et sociales induites.

Il a également cité la réalisation de 34 canalisations totalisant environ  20.000 km, de 82 stations de pompage et de compression équipées de 372 machines et de 127 bacs de stockage de pétrole et de condensat. Sonatrach a aussi réalisé deux (2) centres de dispatching de Hassi R’mel pour le gaz et de Haoud El Hamra pour le pétrole et condensat, ainsi que la réalisation de six (6) raffineries d’une capacité de plus de 30 millions de tonnes. Elle a aussi  également concrétisé les trois (3) gazoducs à l’international: GEM  vers l’Italie, GPDF vers l’Espagne (via le Maroc) et Medgaz vers l’Espagne.

Le Groupe a également réalisé quatre complexes de liquéfaction de gaz  naturel d’une capacité de 56 millions de m3 de GNL, deux complexes de  séparation de GPL d’une capacité  totale de 10 millions de tonnes, deux complexes pétrochimiques (Methanol et PEHD) détenus par Sonatrach seule.

Plus globalement, la compagnie Sonatrach prévoit de de réaliser des investissements en Algérie pour plus de 59  milliards de dollars dont 45,8 milliards de dollars dans l’exploration et production, 8,6 milliards de dollars dans le raffinage et pétrochimie et 2,3 milliards de dollars dans le transport par canalisation, pour les 10 ans à venir, a indiqué Farid Ghezali, le vice-président Stratégie, Planification et Economie auprès de ce groupe public des hydrocarbures.

En plus des investissements, les responsables de la Sonatrach ambitionnent de faire impliquer davantage les entreprises algériennes dans les projets du secteur pétrolier et gazier. Selon Abdelmoumen Ould Kaddour, le PDG de Sonatrach, la stratégie du groupe est d’atteindre un taux d’intégration de 55%. Il a, ainsi, souhaité voir les entreprises nationales publiques et privées s’impliquer pour répondre aux besoins de Sonatrach en matière d’équipements et de pièces détachées. Actuellement, le taux d’intégration ne dépasse pas les 20%, indiquent en dernier lieu les responsables de la compagnie.