C’est dans la discrétion le plus absolue que le ministère de l’Intérieur est en train d’opérer une véritable purge dans le mouvement associatif. Selon des sources concordantes, des dizaines d’associations vont bientôt être dissoutes par le gouvernement.

Selon des indiscrétions, le gouvernement compte notamment retirer les agréments des associations qui font plus de bruits dans les quartiers et villages. Elles sont, en effet, des dizaines d’associations à profiter de l’agrément accordé par les autorités centrales du ministère de l’Intérieur ou par les autorités locales pour organiser des actions de protestations contre les autorités. Une situation qui semble agacer les services du département que gère Nouredine Bedoui qui veut ainsi stopper cette dynamique.

Pour justifier cette action, les autorités indiquent que sur les quelques 100 000 associations agréées, une bonne proportion ne donnent plus signe de vie. Autrement dit, des associations disposent d’agréments, parfois de sièges et de subventions, mais elles ne sont pas actives sur le terrain. Or, pour ce genre d’associations, les autorités peuvent utiliser uniquement le levier des subventions. Pourquoi retirer l’agrément à une association si elle ne viole pas la loi ?

Selon des responsables du ministère d l’intérieur, les actions de protestation « gênent » les actions du service public et tournent au « règlement de compte » avec les responsables locaux. Ce qui justifie ces actions qui peuvent, en revanche, être assimilés à des restrictions des libertés.