Malgré la mise à la disposition de la famille de l’éducation de tous les moyens, la ministre du secteur dit que son secteur est « visé » par des tentatives de déstabilisation. Cela est notamment visible à travers les appels visant à retarder la rentrée scolaire prévue pour le 05 septembre prochain.

Profitant d’une rencontre avec les secrétaires généraux des inspecteurs des académies, tenue ce mercredi à Alger, Nouria Benghabrit a indiqué qu’il existe « des voix qui s’élèvent ici et là pour tenter de  déstabiliser le secteur et semer le doute avant même le début de l’année  scolaire ».

Elle a souligné que l’établissement éducatif « demeurera debout pour dispenser le savoir à 9 millions d’élèves et veiller à l’émancipation de leur personnalité dans un climat empreint de calme et de  sérénité à travers la mobilisation de tous les moyens disponibles afin de  préserver leurs droits face à un monde impitoyable ». La première responsable du secteur de l’Education a réaffirmé durant que « cette rentrée scolaire, et contrairement aux précédentes, s’inscrit dans un contexte particulier et doit avoir intervenir à la date fixée dans l’intérêt des générations montantes ».

Pour éviter tout conflit entre les acteurs de son secteur, la ministre de l’Education a demandé aux secrétaires généraux de « établir la  communication, à ouvrir la porte aux membres de la communauté éducative, à être à l’écoute des préoccupations soulevées et à ne pas mettre des obstacles devant ceux qui les sollicitent ».