Le haut commandement de l’Armée nationale et populaire (ANP) est en train connaître une nouvelle purge. Et pour cause, une liste officielle de 7 généraux-majors a été transmise aux services de la Présidence de la République par le général de corps d’armée  Ahmed Gaïd Salah, le Chef d’Etat-Major de l’ANP. 

Ces généraux figurent sur la liste des officiers supérieurs que Gaïd Salah veut absolument limoger pour procéder à la nomination de leurs successeurs, a-t-on appris suite à nos investigations. Parmi ces 7 généraux-majors poussés vers la sortie, nous retrouvons trois généraux-majors qui ont été d’ores et déjà relevés de leurs fonctions, a-t-on appris de plusieurs sources sûres.

Il s’agit du général-major Abderrazak Cherif,  chef de la 4e région militaire, qui a été admis à la retraite et son remplaçant a été désigné. C’est le général Nourredine Hambli,  l’ancien commandant-adjoint de la 5e Région et commandant des forces parachutistes. Par ailleurs, le commandant de la stratégique 3ème Région militaire (Béchar, Sud-Ouest), le général-major Said Chengriha a été également relevé de ses fonctions depuis lundi. Il a été remplacé, a-t-on appris suite à nos investigations, par le général  Mustapha Smaïli, âgé de 72 ans, qui exerçait les fonctions de commandant-adjoint de la 2e région militaire aux côtés du général-major Saïd Bey, mis à la retraite lui aussi vendredi passé.

Nous avons appris aussi que le directeur central de l’intendance auprès du ministère de la Défense nationale, le général major Hadji Zerhouni, change de poste et vient d’être désigné nouveau contrôleur général de l’armée à la place du général  Boumediene Benattou.

 

Il reste encore trois généraux-majors dont le sort n’a pas été définitivement scellé par la Présidence de la République. Mais leur mise à la retraite ne devra pas tarder à être officialisée. Il s’agit, tout d’abord, du général Zerrouk Dahmani, directeur de l’action sociale au ministère de la Défense nationale, le général major Mohamed Zenakhri,  secrétaire général du ministère de la Défense nationale, et enfin du patron de la Garde républicaine, le général de corps d’armée  Ben Ali Ben Ali.

Ahmed Gaîd Salah a réclamé la tête de ces trois généraux-majors et il attend uniquement le feu vert définitif de la Présidence de la République pour officialiser leur remplacement. Ce qui marquera un tournant majeur dans la nouvelle reconfiguration des forces de l’ANP. Et ces changements ne manqueront au sein de l’institution la plus stratégique du pays ne manqueront pas de produire des effets sans précédent sur la scène politique à la veille d’une déterminante élection présidentielle prévue en avril 2019.