L’inquiétant déchaînement de haine contre Amine Zaoui

0
32968

L’écrivain et universitaire Amine Zaoui fait partie des rares intellectuels algériens à pouvoir exprimer des positions publiquement. L’homme a le courage de ses idées, malgré les polémiques que cela peut charrier.

Depuis quelques jours, en effet, Amine Zaoui fait face à une violente campagne sur les réseaux sociaux. L’écrivain, qui tient une chronique hebdomadaire dans le quotidien francophone Liberté, a écrit, récemment, un texte où il vilipende la société pour certaines de ses pratiques arriérées. Il assimile, en gros, les images des Algériens introduisant les moutons et autres bêtes dans les zones urbaines à l’occasion de l’Aïd, de bédouinisation de la société. « (…) avec les moutons qui envahissent les belles rues, la bédouinisation-islamique se généralise.

Elle touche les universitaires, c’est-à-dire les douktours. La bédouinisation-islamique contamine les politiques, c’est-à-dire les chefs des partis de la gauche et de ceux de la droite. Y-a-t-il une gauche et une droite? Tous sont maladroits ou gauches », a écrit l’écrivain.

« Tout le monde court après son mouton afin de peser les testicules de la bête et enregistrer la musique de ses bêlements ! SVP, arrêtez cette bédouinisation de nos belles villes algériennes », a-t-il ajouté.

Cela a suffi pour soulever la terre sous les pieds de l’écrivain. Certains avancent que Zaoui ne vit pas en Algérie, ou ne connaît pas sa société. D’autres vont plus loin. Ils estiment que l’auteur de «la chambre de la vierge impur» est « contre l’islam ». La campagne a même fait adhérer des personnalités publiques. C’est le cas de certains syndicalistes.

Heureusement, sur les réseaux sociaux, il n’y a pas que des adversaires de Zaoui. L’homme compte également des soutiens. C’est le cas du politologue Nouredine Bouderba qui avance que ce que dit l’écrivain est « vrai ». Pour abonder dans le même sens, des journalistes et simples citoyens se sentent concernés par ce que dit l’écrivain. Ils se reconnaissent en lui. Car Amine Zaoui n’a, en fait; que dit tout haut ce que tout le monde pense tout bas.