Le mouvement auquel s’adonnent actuellement les partis du pouvoir ne trouve pas de grâce aux yeux du parti Talaie El-Hourriyat. Le parti de Ali Benflis, qui a tenu samedi une réunion de son bureau national, estime que les démarches actuelles des partis du pouvoir  est « porteur de dérapages aux conséquences imprévisibles ».

« Le pouvoir politique en place  persiste dans le déni de réalité et la fuite en avant, en niant l’existence même de l’impasse politique, repoussant toutes les initiatives des partis d’opposition, pour imposer son agenda, articulé, essentiellement, autour du maintien du statu quo », indique le communiqué de Talaie El-Hourriyat.

Les activités des partis du pouvoir sont, selon le parti de Benflis, de « la diversion » en s’adonnant à « travers ses clientèles politiques » à « une certaine agitation » sur la scène politique pour « donner une impression de normalité de la vie politique de notre pays et faire oublier le vide politique au Sommet ».

Face à cela, le parti de l’ancien Premier ministre oppose les initiatives de l’opposition. « Si Talaie El Hourriyet privilégie, naturellement, les démarches communes de l’opposition, il ne sous-estime pas, pour autant, les initiatives individuelles et considère que chacune d’elles a ses propres mérites », note le document.

Sur le plan économique, le parti d’Ali Benflis dénonce le blocage du projet de Cévital de Béjaïa. « Le comportement scandaleux des donneurs d’ordre occultes et de l’administration, dans cette affaire, constitue, tout à la fois, un flagrant déni de droit, une décision arbitraire, un acte de sabotage économique, une violation du principe  constitutionnel de la liberté d’investissement et de commerce et de l’obligation de l’Etat d’encourager l’épanouissement des entreprises, sans discrimination », dénonce Talaie El-Hourriyet.